Ouganda: Total et CNOOC concluent un mégaprojet d’investissement de 10 milliards de dollars

ouganda: total et cnooc concluent un mégaprojet d’investissement de 10 milliards de dollars 61f9e0ac8163d.jpeg
ouganda: total et cnooc concluent un mégaprojet d’investissement de 10 milliards de dollars 61f9e0ac8163d.jpeg

Publié le :

                Après 16 années d'attente, l'exploitation du pétrole en Ouganda va pouvoir enfin démarrer. Le pays a signé mardi 1er février un accord d'investissement avec le groupe français Total et le géant pétrolier chinois CNOOC, d'un montant de 10 milliards de dollars. Objectif de cet accord, appelé Décision finale d'investissement, atteindre une production de 230 000 barils par jour à l'horizon de 2025. Un mégaprojet controversé.                </p><div readability="66.479969954932">

                <p>Ce projet gigantesque prévoit le forage de centaines de puits de pétrole sur les rives du lac Albert, et la construction d'un oléoduc reliant l'Ouganda à la Tanzanie.

L’argent investi mardi par Total et CNOOC permettra de lancer la construction du projet et pourrait « booster l’économie », estime le président Yoweri Museveni qui a balayé les critiques des ONG sur les risques environnementaux.

« Les associations qui critiquent ce projet sont des gens qui n’ont pas de travail. Ils n’ont rien à faire, alors laissez ces idiots continuer à errer sans objectif, ils aiment seulement boire du thé et manger des biscuits. »

Des ONG ont critiqué les conséquences « dévastatrices » pour la planète de ce projet pétrolier qui mordra plusieurs réserves naturelles.


On a vu ce qu’il s’est passé pour les populations locales. On a vu comment certaines terres ont été prises. Et certains attendent toujours les compensations. Donc nous sommes très prudents. Le gouvernement et les compagnies pétrolières devraient faire plus attention. Comment cet argent qui va être injecté sera-t-il redistribué ? Va-t-il changer la vie des populations locales ? Ce contrat doit procurer des avantages. Il doit amener de l’emploi, et de l’argent pour nos jeunes. Et puis il y a la question de l’environnement.

Richard Orébi, activiste ougandais au sein de l’ONG Global Right Alert

Mardi, le patron de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, a tenté de clore la polémique. « Nous sommes conscients de la sensibilité des zones où nous allons travailler, notamment d’un point de vue environnemental. Nous sommes engagés à laisser une empreinte environnementale positive. Je confirme que, chez Total Energies, nous apprécions le dialogue avec les ONG nationales et locales. »


Des impacts environnementaux et climatiques qui sont énormes et inacceptables. Mais l’urgence est aussi sociale. Pour faire ce mégaprojet, ils sont en train d’exproprier plus de 100 000 personnes en Ouganda et en Tanzanie. Et on voit aussi avec inquiétude les intimidations, pressions et arrestations dont font l’objet nos partenaires en Ouganda et les membres des communautés qui critiquent ces projets.

Juliette Renaud, responsable de campagne aux Amis de la Terre

En décembre dernier, le groupe français, qui s’est rebaptisé TotalEnergies en 2021, a été assigné en justice par des ONG françaises et ougandaises pour n’avoir pas respecté ses obligations de protection de l’environnement.

 

Partenariat stratégique sino-français

Ce n’est pas le premier partenariat stratégique entre le groupe français et la major chinoise en Afrique. Présent depuis plus de 30 ans en Chine, Total, rebaptisé TotalEnergies en 2021, a commencé à nouer des partenariats avec les majors chinoises en Afrique dès la fin des années 2000. Parmi ses entreprises, la China National Offshore Oil Corporation, troisième groupe pétrolier chinois.

Ainsi, en 2008, les deux groupes ont conclu au Nigeria un accord de vente de gaz naturel liquéfié, grâce aux participations de Total dans le projet Brass. Les deux géants se sont également engagés, au côté de la compagnie nationale nigériane, dans l’exploitation d’un important gisement pétrolier offshore au large de Port-Harcourt.

Mais aucun de ses contrats n’égale celui qui vient d’être conclu en Ouganda. Ces accords sont pour les deux groupes des partenariats gagnant-gagnant. Leader en Afrique par l’importance de sa production d’hydrocarbures et la densité de ses réseaux de distribution, TotalEnergies s’est en effet allié avec le plus grand producteur de pétrole et de gaz offshore de Chine connu pour ses coûts d’exploration et de production les plus bas du secteur.

 

 

            </div>
Total
3
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :