Procès de l’ex-préfet rwandais Buciybaruta à Paris: un tueur et un rescapé de Kibeho témoignent

procès de l’ex préfet rwandais buciybaruta à paris: un tueur et un rescapé de kibeho témoignent 62844df0b1476.jpeg
procès de l’ex préfet rwandais buciybaruta à paris: un tueur et un rescapé de kibeho témoignent 62844df0b1476.jpeg

Publié le :

                Au procès de l’ancien préfet rwandais Laurent Bucyibaruta, accusé de génocide, complicité de génocide et crime contre l’humanité, la journée de ce mardi est consacrée aux témoins des massacres de l’église de Kibeho, dans la préfecture de Gikongoro que dirigeait l’accusé au moment du génocide.                </p><div readability="63.240802675585">

                <p><em>Avec notre envoyée spéciale au tribunal de Paris</em>, <strong>Claire Fages</strong>

Ce mardi matin, ils étaient deux à témoigner, tous deux agriculteurs, tous deux employés à temps partiel à l’usine de thé locale, tous deux témoins des massacres de l’église de Kibeho, mais pas dans le même camp.

Le premier, Theoneste Bicamimpaka, est interrogé en Visio depuis Kigali. Il est toujours détenu à la prison de Gikongoro. Il a participé aux massacres des Tutsis dans cette paroisse entre le 13 et le 15 avril, mais il insiste : « le préfet nous a donné des instructions ».

Il raconte avoir été témoin de l’altercation entre le sous-préfet Damien Biniga et l’abbé de Kibeho qui refusait de livrer les Tutsis qui s’étaient réfugiés dans sa paroisse. « Les gendarmes ne vous ont-ils pas repoussés alors que vous tentiez d’attaquer l’église ? », tente un avocat de la défense. « Comment pouvaient-ils nous repousser puisque nous étions là pour les aider ? » – sous-entendu « à tuer » –, répond ce premier témoin.

Le deuxième témoin, Calixte Gatete, était présent à l’audience sans être partie civile. Ce rescapé tutsi a vu des civils parmi ses collègues de l’usine de thé se mettre à manier des armes après une formation sur la colline avoisinante. Et il a dû se réfugier à l’église de Kibeho avec sa famille. Au troisième jour des massacres, les gendarmes sont arrivés avec des fusils, raconte-t-il. L’église a été brûlée. Environ 40 000 personnes ont été tuées, dont sa sœur et ses cinq neveux.

            </div>
Total
7
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :