Rapport Brazza: un secret d’État au grand jour

rapport brazza: un secret d’État au grand jour 617b50a275621.jpeg
rapport brazza: un secret d’État au grand jour 617b50a275621.jpeg

Un podcast Original Spotify vient de sortir. « Le rapport Brazza » fait appel à la fiction pour mieux raconter un sombre pan de l’histoire de la colonisation française en Afrique équatoriale. Sombre pan que dénonça en 1905 la mission dirigée par Pierre Savorgnan de Brazza, dont le rapport ne fut jamais rendu public et devint ainsi un secret d’État. Parmi les « voix » du podcast, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo, l’artiste gabonais Ekomy N’Dong et Gaël Kamilindi, de la Comédie-Française.

Le 14 juillet 1903, au fin fond de l’Oubangui-Chari – actuelle Centrafrique –, deux fonctionnaires coloniaux, Georges Toqué et Fernand Gaud, « célèbrent » la fête nationale française en faisant sauter à la dynamite un « indigène », comme on dit à l’époque, alors en prison. À Paris, la nouvelle est connue en janvier 1905 : le scandale est énorme, la presse s’en empare. À l’issue de trois jours de débats, les députés réclament qu’on envoie une inspection. Le ministre sollicite Pierre Savorgnan de Brazza, explorateur en retraite, celui-là même qui, dans les années 1880, permit à la France de créer la colonie du Congo.

Au cours d’une mission de six mois, avec une dizaine de collaborateurs, Savorgnan de Brazza constate, effaré, que les exactions à l’encontre des populations sont monnaie courante. Malheureusement, il meurt sur le chemin du retour. « Son » rapport est rédigé à Paris par de hauts fonctionnaires, qui ne dénaturent pas trop son propos – sinon en dédouanant l’administration française pour accabler les sociétés concessionnaires privées, qui exploitent le caoutchouc. Le ministre des Colonies, qui avait donné sa parole que le rapport serait publié, ne le fait pas. Deux remaniements ministériels plus tard, vers 1907, c’est finalement le président de la République qui tranche : le rapport ne sortira pas. Le secret d’État est là.

Une copie retrouvée par hasard

« La raison principale, rappelle aujourd’hui Catherine Coquery-Vidrovitch, historienne, c’est que les conditions de la conférence de Berlin de la fin du XIXe siècle précisaient que si ça ne marchait pas du côté des Belges, les Français pourraient avoir préemption. Donc, il était très important de montrer que les Français étaient parfaits du côté du Congo français. Ainsi, ce rapport était impossible à publier, en particulier pour le ministre des Affaires étrangères. On en parlera jusqu’en 1910. Il y a encore un article dans le journal L’Humanité en 1910, qui disait :  “Alors, ce rapport, on ne l’a toujours pas ?” Et puis on a oublié. Et puis on a dit : “Le rapport est perdu. » On apprendra beaucoup plus tard que seuls dix exemplaires ont été imprimés : un pour le ministre et neuf pour le coffre du ministère.

Dans les années 1960, Catherine Coquery-Vidrovitch prépare sa thèse d’État. Son sujet ? « Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires, 1898-1930 ». Elle multiplie les recherches. Dans la masse des documents consultés, elle découvre un exemplaire du rapport – probablement celui du ministre. Elle en photocopie les 120 pages, l’utilise, le cite et le référence dans sa thèse, publiée en 1972. Dans un petit cercle de spécialistes, on sait désormais qu’une copie a été retrouvée. Pour autant, l’opinion publique ne s’y intéresse pas plus que ça. La vie reprend ses droits, et l’historienne sa carrière d’enseignante.


Regarder l’histoire en face

Il faut attendre la toute fin du XXe siècle pour que naisse, en France, l’intérêt du grand public pour l’histoire coloniale. Avec la manifestation, en 1998 à Paris, autour des 150 ans de l’abolition de l’esclavage de 1848, puis avec la loi que Christiane Taubira fait adopter le 10 mai 2001 et qui reconnaît la traite et l’esclavage comme crimes contre l’Humanité, la France commence à regarder son histoire en face, et notamment comment l’esclavage s’articule avec la colonisation. Bientôt, un éditeur propose à Catherine Coquery-Vidrovitch de publier le rapport Brazza : le texte de 1905, accompagné de compléments et de tout un appareil critique, paraît en 2014. Quatre ans plus tard, le rapport Brazza se transforme en bande dessinée avec Congo 1905, par Tristan Thil et Vincent Bailly.

En 2021, c’est un podcast Original Spotify qui fait vivre la réalité de l’époque à travers une fiction documentaire : on suit Johan Tessman, fils d’un administrateur colonial blanc qui l’a ramené avec lui en Europe et lui a toujours caché l’identité de sa mère, noire et gabonaise. Devenu ethnologue, Johan repart au Gabon, officiellement pour recueillir les traditions orales. En réalité, il cherche sa mère… et plonge dans la réalité décrite par le rapport Brazza.

« Désosser » un racisme systémique

Gaël Kamilindi, de la Comédie-Française, qui prête sa voix à Johan, ne connaissait « absolument pas » le rapport Brazza. Sa participation au podcast lui a ainsi fait découvrir un pan de la colonisation dont il ignorait tout : « Je trouve que c’est important pour pouvoir désosser encore plus cette histoire, et tout ce racisme qui reste encore systémique aujourd’hui. Pouvoir démanteler tout ça, je trouve que c’est bien. »

Ekomy N’Dong, artiste hip-hop et militant panafricain, qui joue le rôle de l’interprète de Johan, apprécie également le côté informatif du podcast : « Ce que je trouve intéressant, dit-il, c’est de trouver un moyen alternatif et populaire pour faire passer une information au sujet de la colonisation, sur laquelle il y a beaucoup de fantasmes et de mensonges. À l’heure où l’on parle même des “effets positifs de la colonisation“, c’est intéressant d’avoir des documents comme le rapport Brazza et la série qui est construite autour, qui donnent à voir les atrocités, mais qui étaient pourtant la routine du fonctionnement même de la colonisation française. »

► Réécouter : Les colons au rapport (Vous m’en direz des nouvelles, 2018)

Angélique Kidjo, elle, est la vieille femme qui va dévoiler à Johan bien des choses sur sa mère. « Ce qui m’a touchée, explique la chanteuse, c’est que, pour une fois, on a accès à des documents qui nous racontent une partie réelle de la colonisation française en Afrique, et aussi les femmes et leurs luttes pendant cette colonisation. On ne parle pas souvent de la résistance des Africains, ni pendant l’esclavage, ni pendant la colonisation, mais aujourd’hui, il y a des preuves palpables, qui vont me servir, moi, pour parler de la colonisation. J’apprends ! C’est très important de s’informer et de parler de choses, qui sont réelles, avec des preuves. »

« Le rapport Brazza », un podcast Original Spotify en cinq épisodes, produit en association avec L’Officine, par Thibaud Delavigne, producteur exécutif et auteur avec la journaliste Charlie Dupiot. Réalisatrice : Maya Boquet.

Total
26
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :