RDC: au moins 21 morts en deux jours dans le carré minier de Bigaragara, au Sud-Kivu

rdc: au moins 21 morts en deux jours dans le carré minier de bigaragara, au sud kivu 63003b647743a.jpeg
rdc: au moins 21 morts en deux jours dans le carré minier de bigaragara, au sud kivu 63003b647743a.jpeg

Publié le :

                Un conflit de rivalité pour l’occupation de la carrière minière de Bigaragara serait à l’origine de ce drame, et un groupe armé d’auto-défense banyamulenge est pointé du doigt, alors que d’autres combats sont signalés ce vendredi dans le même territoire.                </p><div readability="72.766003227542">

                <p><em>Avec notre correspondant à Bukavu, </em><strong>William Basimike</strong>

Selon la société civile locale, l’attaque de mercredi est survenue après que deux groupes armés d’autodéfense locale, les Twirwaneho et les Biloze Bishambuke, se sont disputés le contrôle des taxes dans ce carré minier situé dans le groupement de Basimunyaka sud, en secteur Mutambala, une contrée enclavée raison de l’absence de routes et de réseau téléphonique. 

La société civile de Bigaragara déplore que des creuseurs artisanaux figurent parmi les victimes pour n’avoir pas obéi à tel ou tel groupe armé. Les attaques de mercredi ont coûté la vie à sept personnes directement dans le carré minier, huit corps parmi lesquels des enfants ont ensuite été retrouvés calcinés dans des maisons incendiées, et six autres personnes ont succombé à leurs blessures dans la brousse, selon la société civile.

Le chef du secteur Mutambala, Lwanusha Mmelelwa Josué, confirme la mort de sept personnes et pointe du doigt le groupe armé Twirwaneho. À l’image de la société civile, il regrette l’absence des militaires des FARDC dans cette zone d’exploitation minière, « une situation qui pousse les groupes armés à mener les hostilités sans être inquiétés », dit-il.

De leur côté, les Twirwaneho rejettent les accusations et disent qu’ils ne sont impliqués ni de près ni de loin.

Pendant ce temps, les hostilités ont repris ce vendredi matin dans les villages de Natulonge, Nagishasha, Biziba et Kamimbi entre la coalition de groupes armés banyamulenge, Gumino -Twirwaneho – Android, et la coalition Maimai Biloze Bishambuke.

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :