RDC: d’autres arrestations prévues dans l’affaire Beya, la présidence nomme son remplaçant

rdc: d’autres arrestations prévues dans l’affaire beya, la présidence nomme son remplaçant 62046bc14dd03.jpeg
rdc: d’autres arrestations prévues dans l’affaire beya, la présidence nomme son remplaçant 62046bc14dd03.jpeg

Publié le :

                François Beya, conseiller spécial de Félix Tshisekedi en matière de sécurité, est toujours détenu dans un local de l’Agence nationale de renseignement (ANR) à Kinshasa. Selon la présidence congolaise, il est arrêté suite aux « <em>indices sérieux attestant d’agissements contre la sécurité nationale</em> ». Mais la présidence a d’ores et déjà annoncé que Jean-Claude Bukasa, l’un de ses assistants, va assumer l’intérim. Contrairement à François Beya, il n’est pas issu de l’ancien régime de Joseph Kabila, mais fait partie des hommes de confiance du président.                </p><div readability="77.996291718171">

                <p><em>Avec notre correspondant à Kinshasa,</em> <strong>Patient Ligodi</strong>

Si les faits précis à la charge de François Beya ne sont toujours pas révélés, l’entourage du président de la République évoque « une situation grave qui aurait eu une incidence sur le pouvoir et la sécurité » de Félix Tshisekedi. Dans son unique communiqué sur cette affaire, la présidence n’a d’ailleurs pas manqué de préciser que le changement à la tête du pays ne peut se dérouler que par des voies électorales.

François Beya n’est pas le seul concerné dans cette affaire, car les enquêtes se poursuivent : des arrestations sont également prévues dans l’armée. Certains parmi les hauts gradés ne peuvent pas sortir du pays. Les services aux frontières sont saisis à cet effet, explique une autre source sécuritaire.

Mais la page François Beya est d’ores et déjà tournée à la présidence de la République, permettant à Félix Tshisekedi de renforcer son contrôle sur l’appareil sécuritaire en nommant le successeur du conseiller spécial du président en matière de sécurité.

Jean-Claude Bukasa, ancien numéro 2 et membre de la campagne de Tshisekedi

Jean-Claude Bukasa a milité au sein de l’UDPS, le parti au pouvoir. D’abord actif au Canada, où il résidait, ce diplômé en cybercriminalité s’est davantage rapproché de l’équipe de Félix Tshisekedi pendant la campagne électorale de 2018 : on l’a particulièrement vu dans l’équipe de communication.

Une fois élu, c’est d’ailleurs Felix Tshisekedi lui-même qui le nommera au sein des services de sécurité, et non François Beya. « Parfois dans ce secteur, le CV est secondaire : la loyauté est capitale, c’est le premier critère », a confié un membre de l’entourage de Félix Tshisekedi pour justifier cette nomination.

Tout est allé vite pour Jean-Claude Bukasa, malgré des rapports parfois difficiles avec François Beya, selon certaines sources.

Jean-Claude Bukasa a multiplié les formations, au pays et à l’étranger, mais d’autres proches de Félix Tshisekedi précisent que l’intérim ne devrait pas durer longtemps. Et Jean-Claude Bukasa sera remplacé par « un expert plus expérimenté ».

            </div>
Total
15
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :