RDC: des arrestations dans le milieu de la «bombé», une nouvelle drogue dévastatrice

rdc: des arrestations dans le milieu de la «bombé», une nouvelle drogue dévastatrice 612993088020e.jpeg
rdc: des arrestations dans le milieu de la «bombé», une nouvelle drogue dévastatrice 612993088020e.jpeg

Publié le :

Une centaine d’interpellations ont eu lieu jeudi à Kinshasa, fruit d’une opération policière antidrogue contre la « bombé », un stupéfiant fabriqué avec des résidus de catalyseurs de pots d’échappement. L’opération a été lancée après les inquiétudes exprimées par les autorités sur les méfaits de la consommation de cette drogue, utilisée essentiellement par des jeunes. Trois ressortissants tunisiens figurent parmi les personnes interpelées.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

Le gros coup, selon la police, a été réalisé dans une concession proche du centre-ville. Des dizaines de sacs de catalyseur y ont été découverts, et au moins un fut en plastique contenant des morceaux de catalyseurs noircis.

C’est la matière première d’où est extraite la poussière qui, une fois mêlée à des produits pharmaceutiques, donne la « bombé ».

Les colis et leurs propriétaires, trois Tunisiens, ont été présentés par la police aux côtés de plusieurs dizaines de Congolais. Ce sont des consommateurs, des fabricants ou encore des dealers de cocaïne, d’héroïne, de chanvre et de bombé.

►Lire aussi : Les dangers de la « bombé », une drogue artisanale de plus en plus consommée

Lors de leur présentation à la presse, les présumés narcotrafiquants étaient assis par terre. Certains, ébahis lorsque la police a présenté les charges devant le gouverneur, ont affirmé travailler légalement pour une société chargée de collecter des filtres céramiques, notamment ceux qu’on retrouve sur le tuyau d’échappement des véhicules. 

Une partie des détenus sera présentée au parquet pour être poursuivie, les autres seront mis à la disposition du service national, qui s’occupe désormais de la rééducation des délinquants. Dans le cadre de ce programme, environ 2 000 personnes ont déjà été envoyées dans le sud-est du pays pour être formées à différents emplois, notamment agricoles. Une méthode atypique soutenue par le gouvernement, mais dénoncée par les ONG de défense des droits de l’homme.

►Appel sur l’actualité : La bombé, une nouvelle drogue qui fait des ravages en RDC

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :