RDC: la coalition Lamuka dévoile son propre calendrier électoral

rdc: la coalition lamuka dévoile son propre calendrier électoral 6132cd44e99a1.jpeg
rdc: la coalition lamuka dévoile son propre calendrier électoral 6132cd44e99a1.jpeg

Publié le :

Les nouveaux dirigeants de la Céni ne sont toujours pas connus. L’Assemblée nationale annonce qu’elle va statuer sur la question la semaine prochaine, en dépit des divisions au sein des confessions religieuses qui doivent désigner le président de la centrale électorale. Dans ce contexte, la coalition Lamuka soupçonne Félix Tshisekedi de vouloir organiser un glissement du calendrier électoral. Pour mettre davantage pression sur l’actuel pouvoir, elle a dévoilé ce vendredi sa propre proposition de calendrier électoral, prévoyant des élections en octobre 2023.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi

C’est devant un auditoire composé de cadres de Lamuka, de diplomates et de journalistes que Martin Fayulu et Adolphe Muzito ont présenté leur proposition. Cette feuille de route prend en compte toutes les phases clés du processus électoral.

Adolphe Muzito est l’actuel coordonnateur de Lamuka : « Les élections dans le délai constitutionnel sont non seulement possible, mais obligatoires pour qu’on ne se retrouve pas dans une situation de haute trahison dans le chef de monsieur Félix Tshisekedi. Le temps qui nous reste, c’est plus ou moins 29 mois, c’est amplement suffisant pour qu’on organise les élections après 24 mois. »

Dans sa proposition de calendrier électoral, Lamuka suggère l’organisation des discussions entre parties prenantes entre septembre et octobre de cette année sur les principales réformes électorales. « L’étape urgente, c’est le consensus pour qu’on fasse un texte organisant la Céni qui soit le plus neutre possible, qui ne soit pas politique. Pour cela, il faut qu’on se retrouve et qu’on discute. Cela va être le déclic pour la suite. »

Sur cette question, deux partis de l’actuelle majorité sont d’accord. Il s’agit d’Ensemble pour la République de Moïse Katumbi, et de l’UNC de Vital Kamerhe. Le FCC de Joseph Kabila tient également à un large consensus avant d’aller plus loin.

Du côté de la Céni, on rappelle que la phase la plus urgente du processus, c’est non seulement la désignation des animateurs de la centrale électorale, mais aussi la composition des listes électorales.

Total
25
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :