RDC: la société civile de Béni prend part à la riposte contre Ebola

rdc: la société civile de béni prend part à la riposte contre ebola 630824030ea8d.jpeg
rdc: la société civile de béni prend part à la riposte contre ebola 630824030ea8d.jpeg

Publié le :

                Après la confirmation par les autorités d'un cas atteint du virus Ebola à Béni, les pouvoirs publics et les organisations organisent la riposte. Selon l'OMS, la campagne de vaccination a commencé ce jeudi 25 août : 200 doses de vaccin sont administrées aux personnels soignants, puis aux quelque 160 cas contact du patient zéro. Les autorités peuvent compter sur l'appui de la société civile pour sensibiliser la population. Dans le domaine, la région, qui a déjà connu l'épidémie d'Ebola, n'en est pas à son coup d'essai.                </p><div readability="64.047731568998">

                <p>Omar Kavota, le coordinateur du comité d'appui à la riposte contre Ebola, était déjà au front lors de l'épidémie de 2018. Lorsqu'Ebola sévissait au Nord-Kivu. Et fort de son expérience, il le sait : la population est beaucoup plus préparée qu'à l'époque. 

« Contrairement aux épidémies précédentes, il n’y a pas résistance contre les équipes de la riposte. Il y a acceptation de la maladie, contrairement aux épidémies précédentes, où les uns et les autres pensaient que l’épidémie d’Ebola n’existait pas, que c’était une fabrication, que c’était un fait politique. »

En étroite collaboration avec le médecin en chef de la zone de santé, lui et les autres acteurs de la société civile sensibilisent la population.  L’objectif, selon les mots d’Omar Kavota, crée un « élan communautaire ». 

Les habitants de Béni peuvent prendre part à la riposte de bien des façons : « Mettre en place le dispositif de lavage des mains, accepter la vaccination comme mesure de prévention, dès qu’il y a un cas suspect, qu’ils remontent les informations au niveau des structures les plus proches. »

La campagne de vaccination a débuté ce jeudi 25 août avec le personnel de santé. Puis viendront les cas contacts. Aucun autre cas atteint du virus n’a été signalé jusqu’à ce jour.


Nous voudrions appeler la population, surtout les cas formellement identifiés comme des cas contacts, à se présenter pour se faire vacciner. Et même les autres qui seraient liés d’une manière ou d’une autre à ces cas, et qui ne sont pas encore formellement identifiés, nous les appelons à adhérer à cette campagne de vaccination pour que nous puissions limiter la propagation éventuelle de ce virus.

Omar Kavota, vice-président de la société civile du Nord-Kivu et coordinateur du comité d’appui à la riposte contre Ebola

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :