RDC: l’armée congolaise a perdu le contrôle de Bunagana

rdc: l’armée congolaise a perdu le contrôle de bunagana 62a7e589c3b0f.jpeg
rdc: l’armée congolaise a perdu le contrôle de bunagana 62a7e589c3b0f.jpeg

Publié le :

                À l’est de la RDC, l'armée congolaise a perdu le contrôle de la ville stratégique de Bunagana, frontalière avec l’Ouganda, après des affrontements contre le M23 ce week-end. Des militaires congolais ont été forcés de se replier du côté ougandais de la frontière.                 </p><div readability="90.92996742671">

                <p><em>Avec nos correspondants à Kinshasa et Kampala,</em><strong> Patient Ligodi et Lucie Mouillaud</strong>

Treillis neufs, bottes en caoutchouc et kalachnikov en bandoulière, les combattants se réclamant du M23 patrouillaient lundi dans les rues de Bunagana, à la frontière entre la RDC et l’Ouganda, désertés par les habitants. Contrôlant la cité, ils veillaient également sur les principaux points d’entrée de Bunagana.

Cette agglomération stratégique est restée coupée du reste de la région. Toute la journée, les motos et autres véhicules n’osaient pas s’y aventurer.

De son côté, l’armée congolaise parle d’une invasion de Bunagana par l’armée rwandaise. Elle affirme « que toutes les dispositions sont mises en place pour la reprise en main de la situation ». De son côté, le Rwanda nie toujours toute implication de ses soldats.


Le M23 est sur le pied de guerre depuis plusieurs mois. Il y a des offensives ponctuelles. Disons que le M23 a fait des démarches auprès du gouvernement congolais pour obtenir certaines choses, mais il a été exclu des rencontres entre le gouvernement congolais et les groupes armés qui ont eu lieu à Nairobi. C’est la première cause de leur hostilité. L’autre cause est probablement à chercher du côté de Kigali, car le M23 est un proxy de Kigali depuis sa naissance. Il ne peut rien faire sans que Kigali ne soit averti. Il faut donc replacer cela dans le jeu régional, avec un gouvernement rwandais qui veut continuer à maintenir sa mainmise sur le Nord-Kivu. Et ainsi signaler à toute la région, notamment au Kenya, qu’il reste l’interlocuteur incontournable pour tout ce qui concerne les questions sécuritaires au Nord-Kivu.

Thierry Vircoulon, chercheur à l’IFRI

Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine, a encouragé Kinshasa et Kigali à résoudre tout différend par le dialogue et la concertation. À Kinshasa, un huis clos a été décrété à la plénière de lundi à l’Assemblée nationale pour discuter du sujet.

Face à la tension perceptible dans l’hémicycle, Christophe Mboso, président de la chambre basse du Parlement, a appelé les députés au calme en attendant « que la situation soit clarifiée et que les responsabilités soient rétablies ».

Population et soldats se réfugient en Ouganda

Près d’une centaine de soldats congolais ont trouvé refuge en Ouganda depuis ce dimanche soir, affirme le porte-parole des UPDF, Felix Kulayigye. Selon lui, les militaires des FARDC, accueillis dans une caserne proche de la frontière de Bunagana, resteront sur place jusqu’à la stabilisation de la situation côté congolais.

Ils ont été escortés à la caserne après s’être présentés aux autorités à leur arrivée, détaille Hajj Shafiq Ssekandi, l’un des responsables du district ougandais frontalier de Kisoro. L’administration de Kampala est, d’après lui, désormais chargée d’assurer le retour sécurisé de ces soldats en RDC.

Les militaires congolais sont loin d’être les seuls à avoir cherché protection en Ouganda suite aux combats de ce week-end entre les FARDC et le groupe armé du M23. Les autorités de Kisoro assurent que plusieurs milliers de déplacés ont traversé la frontière ces deux derniers jours. Au total, depuis le mois de mars et l’intensification des affrontements, la Croix-Rouge ougandaise a enregistré près de 30 000 nouveaux réfugiés congolais.

            </div>
Total
18
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :