RDC: le coordonnateur humanitaire condamne les attaques contre les déplacés en Ituri

rdc: le coordonnateur humanitaire condamne les attaques contre les déplacés en ituri 61a6cd7421f01.jpeg
rdc: le coordonnateur humanitaire condamne les attaques contre les déplacés en ituri 61a6cd7421f01.jpeg

Le coordonnateur humanitaire en République démocratique du Congo (RDC), David McLachlan-Karr, a exprimé lundi son indignation après une nouvelle attaque d’un groupe armé contre un site accueillant des personnes déplacées internes à Hivo dans la province de l’Ituri (nord-est) et qui a fait 22 morts dimanche, selon la Croix-Rouge locale. « Je suis choqué, indigné et profondément attristé par ces attaques répétées contre des populations civiles, forcées de quitter leurs foyers pour se mettre à l’abri des violences subies. Il est impératif de protéger ces populations. Je réitère que ces femmes, ces hommes et ces enfants doivent pouvoir vivre en paix », a déclaré M. McLachlan-Karr dans un communiqué.

 La province de l’Ituri abrite actuellement 1,7 million de personnes déplacées. Cette attaque est la quatrième visant les personnes déplacées depuis le 19 novembre 2021 dans la province.

« Ces attaques sont des violations flagrantes du droit international humanitaire et de la Convention de Kampala de 2009 sur les déplacés internes. Elles doivent immédiatement cesser. Je ne veux plus compter le nombre d’attaques que ces populations déjà vulnérables subissent. L’aide humanitaire sera mise en œuvre rapidement pour les assister », a ajouté le responsable onusien.

« J’appelle les autorités congolaises, au niveau central et provincial, à prendre des mesures urgentes pour protéger les Congolaises et les Congolais, y compris les personnes déplacées », a-t-il conclu. 

Selon la Croix-Rouge locale, 22 civils ont été tués dimanche matin dans cette nouvelle attaque contre un camp de déplacés à Hivo, à  côté du site de Drodro, moins d’une semaine après une attaque similaire ayant fait 29 morts sur un site voisin.

Un responsable de la Croix-Rouge de Djugu, en Ituri, Mambo Bapu Mance, a accusé les miliciens du groupe Coopérative pour le Développement du Congo (Codeco) d’être responsables de cette attaque. 

Depuis mai, l’Ituri et la province voisine du Nord-Kivu sont placés sous état de siège, mesure exceptionnelle destinée à lutter contre les groupes armés. Les autorités civiles y ont été remplacées par des officiers de l’armée et de la police. 

Cependant, massacres et enlèvements de civils se poursuivent. En Ituri, la dernière tuerie d’envergure remonte à lundi dernier avec un bilan d’au moins 29 morts parmi les déplacés du camp de Drodro, voisin de celui d’Ivo.

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :