RDC: le mazuku, ce gaz toxique généré par l’activité volcanique qui menace Goma

rdc: le mazuku, ce gaz toxique généré par l’activité volcanique qui menace goma 62942029ace2c.jpeg
rdc: le mazuku, ce gaz toxique généré par l’activité volcanique qui menace goma 62942029ace2c.jpeg

Publié le :

                Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo, est connue pour ses particularités géologiques. Cette ville est coincée dans une zone volcanique : entre le lac Kivu au sud et le volcan Nyiragongo au nord. Les deux millions d’habitants s’exposent à plusieurs dangers : une éruption, des tremblements de terre, mais aussi à un risque moins connu : l’asphyxie. Le mazuku, un gaz toxique, fait des victimes chaque année à Goma.                </p><div readability="73.07375171782">

                <p>Entre les herbes hautes, les roches brunes paraissent inoffensives. Francklin Tumisifu, habitant du quartier Lac Vert est pourtant très prudent. « <em>Le mazuku fait des morts chaque année</em> ».

Sans balisage, Impossible de savoir où se situent les zones dangereuses qui surprennent les nouveaux arrivants. C’est le cas d’Esther, dont le prénom a été modifié. Elle vient du territoire de Masisi et s’est réfugiée à Goma après la mort de son mari, victime d’une des nombreuses guerres qui ravagent cette partie du Congo.

« Quand je suis arrivée ici, une autorité locale m’a prévenu qu’il y avait du gaz dans ce coin-là. Je n’avais pas le choix, je me suis installée. Alors le chef m’a conseillé de couvrir le trou d’où sort le gaz avec de la paille, raconte la mère de famille. Deux mois après, mon fils est tombé gravement malade, il est devenu anémique je crois que c’est à cause de ce gaz. »

► À lire aussi : Plus de 72 000 personnes déplacées en raison des combats dans l’est de la RDC

Ce mazuku émane des fissures de la croûte terrestre causée par des tremblements de terre ou des éruptions. Ce gaz est composé en majorité de dioxyde de carbone, explique Matthieu Yalire de l’Observatoire volcanologique de Goma.

« C’est un gaz qui est plus lourd que l’air. Si vous vous asseyez dans un endroit où ce gaz stagne, il ne se passera pas plus de deux minutes avant que vous ne soyez asphyxié. Les victimes, ajoute le chercheur, ce sont des personnes, des animaux, des insectes. Tout ce qui est vivant meurent dans ces zones par manque d’oxygène. »

Au quartier lac vert, le niveau de dioxyde de carbone ne varie pas selon le chercheur. Mais dans d’autres zones résidentielles de la ville, le niveau de mazuku change en fonction de l’activité du volcan. Il pourrait être une menace en cas d’éruption.

► À lire aussi : RDC: forte délégation gouvernementale à Goma pour évaluer l’état de siège

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :