RDC: les combats continuent entre le M23 et l’armée congolaise à proximité de Goma

rdc: les combats continuent entre le m23 et l’armée congolaise à proximité de goma 62902bde79deb.jpeg
rdc: les combats continuent entre le m23 et l’armée congolaise à proximité de goma 62902bde79deb.jpeg

Publié le :

                Les combats entre l’armée congolaise et le mouvement rebelle du M23 se sont poursuivis toute la journée ce mercredi 25 mai. Des combats qui se sont déroulés à proximité de Goma, l’une des principales villes de l’Est du Congo, dans une zone frontalière avec le Rwanda - pays qui a affirmé lundi que des tirs de roquette congolaise avaient été tirés par l’armée congolaise sur le sol rwandais. Une situation explosive qui réveille d’anciens traumatismes.                </p><div readability="93.416812100058">

                <p><em>Avec nos correspondants à Bukavu et Kinshasa,</em> <strong>Coralie Pierret et Patient Ligodi</strong>

Dans sa déclaration ce mercredi, le général congolais Sylvain Ekenge ne s’est pas étendu sur les tensions géopolitiques dans la région. Ce porte-parole a simplement certifié que les forces loyalistes avaient récupéré des effets militaires n’appartenant ni à l’armée congolaise, ni au M23.

Alors à qui appartiennent cet équipement ? Certaines sources évoquent le soutien du pays voisin, le Rwanda, aux rebelles du M23. Faux, répond le porte-parole de ce mouvement, le major Willy Ngoma. « Nous nous sommes préparés pendant 5 ans dans les hauteurs, mais nous ne recevons l’appui de personne », affirme-t-il depuis la ligne de front.

Côté congolais, c’est d’abord l’armée qui a communiqué. Sans citer le Rwanda, elle exige des enquêtes sur l’origine « de ces graves incidents ». À Kinshasa, à l’issue d’une importante réunion autour du Premier ministre, pour la première fois, Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement, a évoqué « des soupçons qui se cristallisent autour du Rwanda qui aurait apporté un soutien au M23 ». Ces soupçons se fondent notamment, a-t-il dit, sur l’impressionnant arsenal militaire déployé par les combattants du M23. « Certaines positions auraient été attaquées par des combattants venus du Rwanda voisin », renchérit une source de la société civile.

Plusieurs milliers de déplacés

Déjà lundi, plusieurs sources onusiennes s’interrogeaient aussi sur l’origine des moyens déployés par cette rébellion. La réaction la plus virulente est venue de Malabo, en Guinée Équatoriale, où le chef de la diplomatie congolaise participe à deux sommets de l’Union africaine. Il a qualifié ces attaques de « terroriste ». Et pour lui, il ne s’agit pas d’un soupçon mais d’une agression rwandaise. « Le Rwanda avance. je le dis sans hésitation, le Rwanda a attaqué le camp de Rumangabo en RDC », selon les dires de Christophe Lutundula durant une plénière du Conseil exécutif de l’Union africaine. Face à cette escalade, l’ambassadeur du Rwanda en poste à Kinshasa, s’est refusé à tout commentaire.

Des milliers d’habitants fuient les combats. Ils seraient environ 10 000 ces derniers jours à avoir quitté à la hâte leur village du groupement de Kibumba, selon un rapport du bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies. Ces Congolais ont pris la route du sud en direction de la ville de Goma, fuyant les combats entre l’armée loyaliste et le mouvement rebelle du M23. Mardi et mercredi, une partie des confrontations se sont déroulées à une vingtaine de kilomètres de Goma. « 20 obus et bombes ont été tirés de l’est vers l’ouest depuis mardi », affirme le général congolais Sylvain Ekenge, l’un des porte-paroles de l’armée.

Les confrontations entre l’armée congolaise et le M23 ont repris en fin d’année dernière, alors que ce mouvement d’officier rebelle avaient déposé les armes en 2013. À cette époque, la ville de Goma était passée sous contrôle du M23.

A lire aussi RDC: Affrontements entre M23 et FARDC avant la reprise des négociations

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :