RDC : manifestation à Mwenga pour exiger le départ d’entreprises minières chinoises

rdc : manifestation à mwenga pour exiger le départ d’entreprises minières chinoises 613ffd3ad63ee.jpeg
rdc : manifestation à mwenga pour exiger le départ d’entreprises minières chinoises 613ffd3ad63ee.jpeg

Publié le :

La police a dispersé une manifestation par des gaz lacrymogènes ce lundi à Kitutu dans le territoire de Mwenga au Sud Kivu. Alors qu’une mission parlementaire séjourne dans cette province pour enquêter sur l’exploitation des minerais, des habitants sont descendus dans la rue pour exiger le départ des entreprises chinoises qu’ils accusent de ne pas respecter le code minier.

Avec notre correspondant à Bukavu, William Basimike

L’affaire défraie la chronique depuis des semaines. Le 20 août, les autorités provinciales du Sud-Kivu avaient décidé de suspendre les activités d’entreprises chinoises soupçonnées « d’abus » manifestes et « multiples » dans l’exploitation de sites aurifères dans le territoire de Mwenga mais cette décision avait ensuite été contestée par la ministre nationale des Mines.

Lundi, c’est depuis tôt le matin que les habitants de Kitutu, et des villages environnant comme Nyamibungo, Kalokokelo, Mitobo, et Kwalubemba, ont répondu massivement à l’appel de la société civile locale. Les manifestants ont barricadé la route nationale numéro deux, scandant des chansons hostiles aux entreprises chinoises.

« Qu’elles dégagent vite car elles n’ont pas respecté leur cahier de charge », affirme maître Justin Mubarikiwa. Ce militant du mouvement citoyen OBAPG accuse ces entreprises de détruire les champs, les palmiers à huile, et de polluer les rivières. « Il y a un temps où ces entreprises avaient promis de nous indemniser mais jusque-là plus rien ne se dit », regrette un manifestant qui a requis l’anonymat.

De leur coté, ces entreprises et leurs coopératives de sous-traitance tentent de se défendre. « Effectivement, il y a un désordre dans le secteur minier à Mwenga mais toutes ces entreprises ne sont pas concernées », estime Maitre Guillain Magadju, conseiller juridique de la société New Continent Mineral, NCM.

Il estime aussi qu’il faut éviter toute confusion car il y a des sociétés minières de droit congolais avec des associés chinois sur le terrain. Depuis lundi, différents intervenants dans le secteur minier se défendent devant la délégation parlementaire venue de Kinshasa; les responsables de ces entreprises seront entendus ce mardi.

Total
6
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :