RDC: polémique après la mort de 4 personnes en marge d’une manifestation anti-Monusco à Uvira

rdc: polémique après la mort de 4 personnes en marge d’une manifestation anti monusco à uvira 62e33a2d292c5.jpeg
rdc: polémique après la mort de 4 personnes en marge d’une manifestation anti monusco à uvira 62e33a2d292c5.jpeg

Publié le :

                En RDC, les manifestations pour exiger le départ de la Mission des Nations unies se succèdent depuis lundi 25 juillet dans plusieurs villes de l'est du pays : Goma, Beni, Butembo, Nyamilima, Sake, Uvira. Elles ont fait 19 morts, dont 16 manifestants et trois membres de la Monusco, un casque bleu et deux policiers. Parmi les manifestants, quatre ont péri électrocutés à Uvira, dans le Sud-Kivu, alors qu'ils se dirigeaient vers le QG de la Monusco. La polémique grandit sur l'origine de cet accident.                </p><div readability="74.246861924686">

                <p><a href="https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220727-rdc-des-morts-à-uvira-en-marge-d-une-manifestation-contre-la-monusco" target="_self" rel="noopener"><strong>Qu'est-ce qui a pu occasionner la chute d'un câble électrique</strong></a> sur les manifestants qui se dirigeaient vers le QG de la Monusco à Uvira ? Une analyse balistique permettrait sans doute de le savoir.

Sans attendre les enquêtes promises à la fois par les autorités congolaises, les Nations unies et le gouverneur du Sud-Kivu, le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, déclare à l’agence Reuters que l’accident mortel est dû à un tir de sommation des soldats de l’ONU, qui aurait percuté un poteau électrique : « Les casques bleus ont tiré en l’air et les coups de feu ont touché un poteau électrique et un câble s’est déchiré et malheureusement, des personnes ont été électrocutées. Ce qui a causé quatre morts. »

Ce mercredi, d’autres sources déclaraient que c’étaient les FARDC, les forces armées congolaises, également présentes autour de la base onusienne, qui étaient à l’origine des coups de feu en l’air ayant sectionné le câble électrique.

Pour l’instant, la Monusco déplore que « quatre personnes (soient) malheureusement mortes électrocutées par un câble de la SNEL, à proximité de la base pakistanaise de l’ONU, à Uvira ».

Par ailleurs, ce jeudi, des coups de feu ont été entendus aujourd’hui dans une base de la Mission des Nations unies à Beni, dans la province du Nord-Kivu, alors que des manifestants anti-casques bleus tentaient de s’en approcher. Ils auraient été rapidement dispersés.

Le porte-parole de la Monusco, Khassim Diagne, comprend l’exaspération des Congolais face à la persistance des violences dans l’est du pays, mais il rappelle que le plan de retrait progressif de la force onusienne est conditionné, en accord avec les autorités, au retour de la stabilité et de l’Etat de droit dans les trois provinces où elle est encore présente.


Ce plan, qui a été conjointement convenu avec le gouvernement, prévoit que il y aurait 18 jalons d’indicateurs de progrès sur tous les domaines : la sécurité, la restauration de l’État de droit, la justice, les systèmes pénitentiaire, etc, dans les 3 provinces qui nous restent. Donc je crois qu’il est important dans cette optique de baisser les émotions, les tensions et de se référer à un document qui existe et qui nous lie avec les autorités et bien entendu avec les partenaires des Nations Unies.

Khassim Diagne, porte-parole de la Monusco

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :