RDC: un véhicule de MSF visé par des tirs en Ituri, deux blessés

rdc: un véhicule de msf visé par des tirs en ituri, deux blessés 617c9d04618f0.jpeg
rdc: un véhicule de msf visé par des tirs en ituri, deux blessés 617c9d04618f0.jpeg

Un véhicule de Médecins sans frontières (MSF) a été visé par des tirs qui ont blessé deux membres de l’équipe à bord dans le nord-est de la République démocratique du Congo, a annoncé vendredi l’organisation qui s’est dite « choquée ». Ce véhicule qui circulait « dans la province de l’Ituri entre Kobu et Bambu, avec 5 staffs MSF à son bord, a été touché par des tirs » jeudi après-midi, selon un communiqué de MSF. 

Les localités de Kobu et Bambu sont situées au nord de Bunia, la capitale provinciale.

« Deux des membres de cette équipe ont été blessés et transportés dans l’hôpital le plus proche avant d’être évacués de la zone, ils sont pour le moment dans un état stable », a indiqué à l’AFP Yves Ndjadi Lopongo, coordinateur intérimaire de la communication pour MSF en RDC.

« Nous ne connaissons pas l’identité des assaillants », a-t-il dit, ajoutant que l’équipe était constitué de « Congolais et un expatrié ».

La priorité « est de mettre nos collègues en sécurité et de s’occuper de leur état de santé, mais nous sommes tous choqués par cet évènement », a indiqué MSF dans son communiqué.

« Nous ne savons pas pourquoi ces tirs ont visé notre véhicule dont les identifiants et les emblèmes étaient pourtant exposés », a ajouté l’organisation.

Pour MSF, « les véhicules médicaux doivent permettre aux personnels de santé d’aller porter assistance aux patients dans un environnement sûr et sécurisé ». 

« Nous condamnons toutes les formes d’entraves et de violences exercées contre les secours médicaux, nos patients et les membres de notre personnel », a ajouté l’organisation humanitaire.

La région aurifère de l’Ituri a renoué avec des violences depuis fin 2017, avec plus d’un millier de morts.  

En juin, un hôpital soutenu par MSF avait été incendié et dix civils tués dans une attaque dans le territoire d’Irumu, dans la partie sud, à la frontière avec la province du Nord-Kivu. 

L’armée avait alors accusé des membres du groupe armé d’origine ougandaise Forces démocratiques alliées (ADF) d’en être responsables.

Depuis mai, les autorités congolaises ont placé les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu sous le régime exceptionnel de l’état de siège, dans l’objectif de mettre fin aux violences.

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Total
21
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :