RDC: une messe célébrée à Kinshasa «pour la paix et la réconciliation»

rdc: une messe célébrée à kinshasa «pour la paix et la réconciliation» 62c244d8cd846.jpeg
rdc: une messe célébrée à kinshasa «pour la paix et la réconciliation» 62c244d8cd846.jpeg

Publié le : Modifié le :

                Le Vatican avait reporté en juin, pour des raisons de santé, la visite que le pape François avait prévu d’effectuer en RDC et au Soudan du Sud samedi 2 juillet. Son secrétaire d'État, Mgr Pietro Parolin, a été dépêché à Kinshasa pour le représenter lors d'une messe à l'esplanade du Palais du peuple, siège du Parlement congolais, en présence du Premier ministre, des autorités congolaises et des milliers de fidèles.                </p><div readability="71.599191770757">

                <p><em>Avec notre correspondant à Kinshasa,</em><strong> Kamanda Wa Kamanda Muzembe</strong>

Une grande toile a été tendue au-dessus du parvis du palais du peuple. Il y est dessiné la carte du Congo au milieu d’un grand soleil, avec cette inscription : « Prière pour la paix et la réconciliation »

Le cardinal Fridolin Ambongo a été le premier à prendre la parole. Dans son homélie, l’archevêque de Kinshasa a rappelé les épreuves difficiles que la RDC traverse, et notamment les guerres que lui imposent, selon le prélat, les groupes armés locaux et étrangers qui sévissent dans l’Est du pays. Mgr Fridolin Ambongo a cité en particulier le M23 qui serait soutenu par le Rwanda, selon Kinshasa.

Le cardinal Pietro Parolin a ensuite adressé un message de réconfort au peuple congolais. L’envoyé spécial du pape François a rappelé que quelle que soit la situation, il fallait toujours avoir à l’esprit que « Dieu est toujours présent à nos côtés ». Devant des milliers de fidèles, le cardinal Pietro Parolin a invité le monde à travailler pour la paix en RDC. Le secrétaire d’État du Vatican a parlé sans détours :

Prions pour la paix à la République démocratique du Congo. Cette paix, par la partie orientale, est menacée continuellement par des groupes armés et par l’exploitation et des intérêts prédateurs, dont le pays est victime depuis longtemps. L’avidité de matières premières, la soif d’argent et du pouvoir ferment les portes à la paix.

Le président de la Conférence épiscopale nationale du Congo s’est ensuite adressé à la communauté internationale : nous « demandons à la communauté internationale de s’impliquer avec franchise, a insisté Mgr Marcel Utembi, dans la promotion de la paix et de la réconciliation dans les zones prises en otage par les groupes armés locaux et étrangers ».

Le Premier ministre Sama Lukonde a également réitéré le vœu du peuple congolais d’accueillir sur son sol le pape Francois le plus rapidement possible. « Nous l’attendons », a-t-il conclu.

Parallèlement à cette messe de Kinsahsa, un office religieux rassemblant des expatriés congolais a été organisé ce dimanche à Rome. Par ailleurs, après Kinsahsa, l’émissaire du pape, Mgr Pietro Parolin est donc attendu à Juba, la capitale sud-soudanaise.

Le cardinal Parolin célèbre une messe à Kinshasa

► À lire aussi : Le pape François «regrette» l’annulation de sa visite en RDC et au Soudan du Sud

            </div>
Total
16
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :