RFI Mandenkan et Fulfulde fêtent leur un an à Dakar

rfi mandenkan et fulfulde fêtent leur un an à dakar 61b94806d6f17.jpeg
rfi mandenkan et fulfulde fêtent leur un an à dakar 61b94806d6f17.jpeg

Publié le :

                Les rédactions de RFI en Mandenkan et Fulfulde fêtent ce mardi 14 décembre leur premier anniversaire ! Installée à Dakar, au Sénégal, l’équipe propose depuis l’an dernier deux heures de programmes dans chacune de ces deux grandes langues africaines, diffusés du Burkina Faso à la Guinée, de la Sierra Leone au Cameroun, en passant par la Côte d’Ivoire ou encore la Mauritanie. Comment ces programmes se sont-ils fait une place dans le paysage radiophonique des zones concernées ?                </p><div readability="125.26925953628">

                <p><em>de notre correspondante à Dakar,</em>

Au programme d’« Appels sur l’actualité » en fufulde ce mardi : « on va ouvrir l’antenne aux auditeurs, leur demander ce qu’ils ont pu apprendre de nouveau en fulfulde à travers l’émission », explique l’animatrice Fatoumata Sy Savané. « Parfois, les débats sont houleux, c’est très chaud ! Surtout quand il s’agit de débats politiques. »

« Prêt pour l’antenne ? Prêt ! » Dans le studio, le Sénégalais Sadio Doucouré vient de présenter son journal du matin en mandenkan. « Depuis un an, on vient très tôt le matin, vers 3h30. Au départ, c’était un défi. Mais nous avons beaucoup de retours d’auditeurs, qui sont ravis d’entendre les informations nationales et internationales dans leur langue. Ils sont à l’écoute, et ils nous demandent plus de temps d’antenne. » 

Dans un studio voisin, Abdoulaye Dicko, lui, présente le journal en fulfulde. Il faut trouver les mots justes, accessibles à la majorité des fulaphones -ceux qui parlent la langue-, entre 40 et 50 millions de personnes dans le monde. « Au sein même de la rédaction, on se concerte tout le temps pour choisir des mots, car il y a tellement de façons de parler différentes… par exemple, pour le mot “transition”, qui se dit différemment au Mali ou en Guinée, en coordination avec nos professeurs de langue, on s’est mis d’accord il y a seulement quinze jours. Cela évolue tout le temps. »

► À écouter : Un an pour RFI fulfulde: rencontre avec les auditeurs guinéens

Un an d’antenne, d’éditions spéciales, de missions de terrain, parfois de fous rires… Et les auditeurs sont nombreux à réagir.

Tidiane Barry, originaire de Guinée, est community manager pour l’antenne en fulfulde. « Lors des coups d’État, au Tchad, au Mali ou en Guinée, les gens ont énormément réagi. On est à près de 100 000 abonnés, et l’objectif est de nous renforcer. L’un des messages qui m’a marqué par exemple, c’est celui d’un auditeur de Dori, au Burkina Faso, qui a envoyé une note vocale sur WhatsApp. Il affirme que grâce à RFI Fulfulde, il s’est débarrassé des fausses informations qui circulent. »

Mettre en ligne les sujets, recueillir les avis des auditeurs, modérer les réactions sur les réseaux sociaux, c’est aussi le rôle de Balkissa Nourhan pour l’antenne en mandenkan. « Les auditeurs et internautes ne viennent pas seulement s’informer, ils viennent aussi pour apprendre la langue, notamment à l’écrire sur leur smartphone : Moi-même je ne savais pas, avant de venir ici, que l’on pouvait écrire sur un clavier en mandenkan, qu’il y avait des applications à télécharger pour cela. Et grâce à cela, nos auditeurs réagissent et commentent en ligne en mandenkan. »

Pour Frédéric Garat, coordinateur des rédactions de RFI en Mandenkan et Fulfulde, depuis un an, les programmes sont entrés progressivement dans les habitudes de nombreux auditeurs. « On le voit surtout quand on part sur le terrain, car on va de plus en plus à la rencontre de nos auditeurs, que ce soit au Fespaco à Ouagadougou, ou au forum de Bamako : les gens nous connaissent désormais. Et on est contents de pouvoir donner des informations très proches du terrain, dans la mesure où on parle la langue du terrain. »

Alors que peut-on souhaiter aux rédactions en mandenkan et fulfulde pour ce premier anniversaire ? « On espère faire encore un peu plus, encore un peu mieux, et proposer de émissions et des thématiques plus proches de nos auditeurs. »

De nombreux artistes se sont mobilisés pour célébrer cet anniversaire, comme la chanteuse franco-malienne Rokia Traoré, le Sénégalais Baba Maal ou encore le musicien burkinabé Dicko Fils.

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :