Rwanda: inauguration d’une place Aminadabu Birara, résistant à Bisesero, à Paris

rwanda: inauguration d’une place aminadabu birara, résistant à bisesero, à paris 627f077c4914f.jpeg
rwanda: inauguration d’une place aminadabu birara, résistant à bisesero, à paris 627f077c4914f.jpeg

Publié le :

                À Paris, une place du 18e arrondissement porte désormais le nom d’un résistant tutsi qui a combattu dans les collines de Bisesero. La place Aminadabu Birara a été inaugurée vendredi 13 mai 2022. C’est le onzième lieu de mémoire du génocide rwandais en France, le troisième à Paris.                </p><div readability="66.440050483803">

                <p>Sur la plaque, il n'y a qu'un seul nom, Aminadabu Birara, chef de la résistance tutsi sur <strong><a href="https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210225-france-au-rwanda-le-massacre-de-bisesero-revu-à-la-lumière-des-dernières-révélations" target="_self" rel="noopener">les collines de Bisesero</a></strong>. Mais pour son fils, Marcel Harérimana, venu exprès du Rwanda, cette place a une portée bien plus grande : 

« Cette place rend hommage à mon père, mais aussi à tous les résistants de Bisesero et même à tous les Rwandais. Elle va contribuer à lutter contre le négationnisme et le révisionnisme. J’espère qu’il n’y aura plus jamais de génocide, ni au Rwanda, ni ailleurs. »

Cette place vient aussi rappeler que le génocide des Tutsis au Rwanda fait partie de l’histoire française, selon Étienne Nsanzimana, président de l’association Ibuka France. « C’est un témoignage à ciel ouvert. Dans l’espace public, ça interroge et ça sera sur la carte de France », explique le président Ibuka-France.

Étienne Nsanzimana (Ibuka France): «C’est une première en France et en Europe»

Devoir de justice

Mais le devoir de mémoire doit s’accompagner d’un devoir de justice, estime Eric Nzabihimana, compagnon d’armes d’Aminadabu Birara. « En France, il y a beaucoup de présumés génocidaires. Il faudrait qu’ils soient jugés. Il faut aussi que les responsables français soient jugés parce qu’ils ont eu une part de responsabilité, souhaite Eric Nzabihimana. Ils ont dit qu’il y a eu des erreurs commises. Quand on a commis une erreur, il faut en subir les conséquences. »

A lire aussi Webdocumentaire: Le quotidien d’un village rwandais 20 ans après le génocide

                </span>
            </figcaption>
                </div>
<p>En avril 2021, le parquet de Paris a <strong><a href="https://www.rfi.fr/fr/en-bref/20210503-génocide-des-tutsis-au-rwanda-non-lieu-requis-dans-l-enquête-sur-l-opération-turquoise-à-bisesero" target="_self" rel="noopener">requis un non-lieu général</a></strong> dans l’enquête sur l’inaction reprochée à l’armée française à Bisesero. La décision finale revient désormais aux juges d’instruction.

A lire aussi Rwanda: les archives de l’association de rescapés du génocide des Tutsis Ibuka numérisées

            </div>
Total
12
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :