Sénégal: les corps des deux militaires tués remis à la Cédéao en Gambie

sénégal: les corps des deux militaires tués remis à la cédéao en gambie 61f88f3243839.jpeg
sénégal: les corps des deux militaires tués remis à la cédéao en gambie 61f88f3243839.jpeg

Publié le :

                Une cérémonie de levée de corps de deux militaires tués la semaine dernière en Gambie s'est déroulée lundi à l'hôpital militaire de Ouakam à Dakar, a indiqué l'état-major lundi soir. Des soldats déployés dans le cadre de la force de la Cédéao, tués dans un accrochage avec le MFDC, le mouvement rebelle des forces démocratiques de Casamance. Ce qui a provoqué un regain de tension dans la zone. Dans ce contexte, la communauté Sant'Egidio mène une médiation. Elle a dépêché une délégation en Gambie, et a annoncé la remise des corps de deux soldats, dimanche soir, par la faction MFDC de Salif Sadio.                </p><div readability="90.98293768546">

                <p><em>Avec notre correspondante à Dakar</em>, <strong>Charlotte Idrac</strong>

Des responsables de Sant’Egidio précisent que dimanche soir, « vers 19h », le camp de Salif Sadio, le chef de la faction MFDC dans cette zone, « a remis les corps des deux militaires tués », le 24 janvier, « au numéro deux de la Cédéao à Banjul », donc le représentant politique de l’organisation. Cela s’est passé « en présence d’une délégation de Sant’Egidio, d’une délégation de l’armée gambienne », et « en collaboration avec la Croix Rouge Internationale », précise un responsable la communauté chrétienne, « pour le transport des corps depuis la frontière ».

Sant’Egidio, impliquée de longue date dans des médiations en Casamance, a été « contactée » après l’accrochage de la semaine dernière « pour faciliter la résolution de la crise ». Elle a rapidement dépêché des représentants à Banjul. La remise des corps, « c’est un geste important pour faire baisser la tension », estime l’un de ses responsables, qui ajoute que « les discussions se poursuivent » pour la libération des prisonniers : trois côtés MFDC et neuf côté sénégalais, selon l’état-major à Dakar, mais d’autres sources indiquent qu’ils seraient sept.

La communauté catholique affirme agir « à la demande des parties directement impliquées », « pour contribuer à stopper l’escalade ». C’est elle qui avait mené une médiation pour la libération de huit otages du MFDC, fin 2012, après un an de captivité.

Ce regain de tension en Casamance, qui implique le Sénégal, le MFDC, mais aussi la Gambie et la Cédéao « a pris tout le monde de court » selon Ibrahima Ama Diémé, porte-parole du Groupe de réflexion pour la paix en Casamance. Pour le GRPC, « la meilleure voie pour libérer les prisonniers reste celle du dialogue ». 

Dans son communiqué, l’état major fait état désormais de 4 soldats décédés lors de l’accrochage la semaine dernière « 3 lors des combats, un autre des suites de ses blessures », et ajoute que « sept militaires confirmés comme étant détenus en otage par le MFDC sont tous vivants et bien portants ».

Sur place, à la frontière entre la Gambie et le Sénégal, la tension est très forte indiquent des témoins, avec la crainte d’une escalade. Et d’une opération militaire sénégalaise, comme celle menée il y a un an dans le Sud, à la frontière avec la Guinée-Bissau.

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :