Somalie: un ancien chef des islamistes shebabs nommé au gouvernement

somalie: un ancien chef des islamistes shebabs nommé au gouvernement 62eb23893caad.jpeg
somalie: un ancien chef des islamistes shebabs nommé au gouvernement 62eb23893caad.jpeg

Publié le : Modifié le :

                Mukthar Robow est l'un des fondateurs du groupe islamiste, dont il a été chef militaire et porte-parole. Celui qui était encore détenu par les renseignements lundi 1er août vient d'être nommé ministre des Affaires religieuses.                </p><div readability="69.942677659992">

                <p>C’est un retour en grâce spectaculaire pour celui qui fut pendant des années la voix et le visage des shebabs. Lui qui un jour avait décrit la démocratie comme « <em>impie </em>» se retrouve ministre.

Mukhtar Robow est un vétéran du jihad. Formé en Afghanistan, il a fait partie des fondateurs des shebabs dont il est devenu le numéro deux mais aussi, selon les périodes, porte-parole, chef spirituel ou chef militaire. Vers 2009-2010, des tensions internes avec l’émir de l’époque, Ahmed Abdi Godane, ont entraîné une violente scission dans le mouvement. En 2013, Mukhtar Robow a quitté le groupe avec certains combattants. Il a fini par se rendre aux autorités quatre ans plus tard.

Son retour à la vie civile lui avait donné des ambitions politiques et il s’était porté candidat à la présidence de l’État fédéré du Sud-ouest en 2018. Mais le chef de l’État de l’époque, Mohamed Farmajo, avait vu rouge et fait arrêter l’ancien shebab. Mukhtar Robow était depuis soit détenu, soit en résidence surveillée, sans charge officielle. « Ca a été un signal terrible pour les shebabs tentés de quitter le mouvement. Voyant ce qu’il s’est passé pour lui, ils se sont dit que la même chose pouvait leur arriver », explique Omar Mahmood, chercheur à l’International Crisis Group.

L’homme avait discrètement recouvré la liberté lundi, pour se voir propulsé au gouvernement le lendemain.

Pour le nouveau pouvoir, cette nomination permet de créer une confrontation directe entre l’idéologie des shebabs et un ministre qui connaît parfaitement le groupe terroriste. Ce choix pourrait aussi faire avancer la réconciliation et montrer que les shebabs cherchant à faire défection peuvent retourner à la vie civile, voire obtenir de hautes fonctions. « Pour ceux qui veulent changer leurs croyances, leurs pratiques, c’est un symbole très fort, poursuit Omar Mahmood. Mukhtar Robow est toujours populaire parmi son clan et des sous-clans qu’il contrôle. Or certains sont installés dans des zones occupées par les shebabs. Notamment la région de Bakool, dans le centre-ouest. Certains pensent donc que le nommer à ce poste permettra de mieux atteindre ces communautés… »

► À lire aussi  : Shebabs en Somalie : le défi de la formation de l’armée nationale

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :