Soudan: plusieurs morts pendant la nouvelle manifestation des pro-démocratie

soudan: plusieurs morts pendant la nouvelle manifestation des pro démocratie 6190678a06edd.jpeg
soudan: plusieurs morts pendant la nouvelle manifestation des pro démocratie 6190678a06edd.jpeg

Publié le : Modifié le :

Des dizaines de milliers de Soudanais ont manifesté ce samedi dans tout le pays, trois semaines après le putsch militaire du général Abdel Fattah al-Burhan. Au moins cinq manifestants ont été tués.

Avec notre envoyée spéciale à Khartoum, Florence Morice

À l’hôpital Royal Care de Khartoum, 19 blessés avaient été acheminés à 18h dont cinq dans un état critique. Selon des témoins, tous étaient blessés par balle. L’appel à la retenue lancé hier par l’ONU aux militaires soudanais n’a visiblement pas été entendu.

Dès le petit matin, soldats et paramilitaire s’étaient déployées en masse dans la capitale soudanaise, installant des barrages pour empêcher les manifestants de se rassembler et bloquer les ponts qui relient le centre de Khartoum aux banlieues alentours. 

Malgré ces entraves, des rassemblements ont commencé à se former dans différents quartiers. « J’ai un peu peur, mais je suis là. Nous voulons une armée qui ne s’occupe pas de politique », expliquait dans le quartier Burri une jeune fille de 23 ans, le drapeau soudanais noué autour du front.


Il y a une demi-heure, ils sont venus ici, et ils ont brandi leurs armes pour tenter d’effrayer les gens pour qu’ils rentrent chez eux. Mais ça n’a pas marché. Personne n’est parti. On n’a plus peur, maintenant. Je me sens triste. Je me sens en colère. Ils veulent nous opprimer.

«Je refuse de me plier aux dernières décisions des militaires», lance une jeune manifestante

Dans ce quartier de Khartoum, les habitants ont commencé à se rassembler dès 13h30. Ils scandent alors leur refus de voir leur révolution de 2019 confisquée : « Nous sommes sortis pour faire partir les militaires. Ils ont commis un coup d’État contre la démocratie et contre la liberté ». Ces manifestants sont rejoints par un autre cortège. Tous espèrent converger vers le quartier général de l’armée… malgré les nombreux barrages.

Une foule dispersée à coup de gaz lacrymogènes…

Rapidement, cependant, les forces de l’ordre ont commencé à disperser les manifestants à coup de gaz lacrymogènes. Un groupe de jeunes persiste à vouloir occuper la rue dans un quartier voisin. « À cause de ces gaz, les gens se sont échappés… c’est humain pour se protéger, mais on est revenu ici et compte bien continuer », raconte l’un d’entre eux.

Dans une rue parallèle, au milieu d’une foule, une femme arbore un portrait du premier ministre Abdallah Hamdok. Elle réclame sa libération. À ses côtés, un jeune homme est blessé… l’un de ses avant-bras est gravement brulé : « J’ai reçu une cartouche de gaz lacrymogène. Et c’est tellement chaud que ça m’a brulé. Nous sommes sortis pacifiquement. Et ils nous attaquent pour nous empêcher de nous exprimer. »

… et de tirs à balles réelles

Vers 16 h, une salve de tirs retentit, quelques rues plus loin. Dans sa fuite, un jeune homme s’arrête. « La police est venue et a tiré à balles réelles contre des manifestants non armés. Ils veulent tuer le peuple soudanais. Mais ils n’y arriveront pas », dénonce-t-il.

L’armée semble avoir choisi la manière forte pour entériner le coup d’État du 25 octobre en dépit des appels à la retenue lancés la veille par l’ONU et plusieurs chancelleries.

En fin d’après-midi, de nombreuses rues étaient encore bloquées. Le syndicat des médecins s’est d’ailleurs inquiété ce soir qu’il soit difficile pour les blessés d’accéder aux hôpitaux. Il a également diffusé un appel au don de sang pour venir en aide aux victimes.

À lire aussi: Soudan: le général Burhan annonce un nouveau Conseil de souveraineté sans les pro-civils

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :