Tabac: le cigarettier British American Tobacco accusé de versements douteux en Afrique

tabac: le cigarettier british american tobacco accusé de versements douteux en afrique 614150a9e7b91.jpeg
tabac: le cigarettier british american tobacco accusé de versements douteux en afrique 614150a9e7b91.jpeg

Publié le :

L’ONG anti-tabac STOP accuse, dans un rapport publié mardi 14 septembre, le géant mondial du tabac British American Tobacco d’avoir distribué plus de 600 000 dollars (environ 508 000 euros) afin d’influencer les politiques de santé dans dix pays africains, et ce durant cinq ans.

Entre 2008 et 2013, British American Tobacco a distribué près de 600 000 dollars sous forme d’argent, de voitures et de dons de campagne à des responsables politiques, des fonctionnaires ou bien encore à des employés d’entreprises concurrentes.

Selon l’ONG Stopping Tobacco Organizations and Products (STOP), lancée en 2018 par le milliardaire et ancien maire de New York Michael Bloomberg, il s’agissait d’un véritable système organisé afin d’influencer les politiques de santé en Afrique.

Des paiements ont, ainsi, été réalisés régulièrement au Burundi, aux Comores, en RDC, au Kenya, au Malawi, au Rwanda, au Soudan, en Tanzanie, en Ouganda et en Zambie.

► À lire aussi : L’Afrique est devenue la nouvelle cible de l’industrie du tabac

Ce n’est pas la seule accusation contre le géant mondial du tabac. La BBC et un consortium de journalistes britanniques l’accusent également d’avoir payé 500 000 dollars en pots-de-vin au parti au pouvoir au Zimbabwe, sous la présidence de l’ancien président Robert Mugabe, en 2013.

Le cigarettier rejette toutes les accusations et rappelle qu’une enquête, menée au début de cette année par l’organisme britannique anti-fraude, avait classé sans suite une enquête pour suspicion de corruption.


Les paiements étaient destinés à des hommes politiques, des employés travaillant pour des sociétés concurrentes, des journalistes, des fonctionnaires, voir même des fermiers. Plusieurs exemples indiquent que BAT ciblait des fonctionnaires – chargés de réguler l’industrie du tabac. En distribuant de l’argent , BAT a pu avoir accès à ces projets de lois et obtenir des amendements en sa faveur.

Andrew Rowell de l’Université de Bath


Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :