Tchad: le siège du parti des Transformateurs encerclé par des forces de l’ordre

tchad: le siège du parti des transformateurs encerclé par des forces de l’ordre 6312af4b389c9.jpeg
tchad: le siège du parti des transformateurs encerclé par des forces de l’ordre 6312af4b389c9.jpeg

Publié le : Modifié le :

                Le climat politique est tendu depuis le début de la semaine au Tchad où le dialogue national dit inclusif provoque polémiques et claquements de portes. Jeudi, des dizaines de militants du parti les Transformateurs, de Succès Masra, ont été arrêtés alors qu'ils tentaient de mobiliser pour une manifestation prévue demain. Et ce vendredi matin, les forces de l'ordre ont encerclé le siège du parti.                </p><div readability="76.861823361823">

                <p><em>Avec notre correspondant à Ndjamena,</em> <strong>Madjiasra Nako</strong>

Les ruelles qui permettent d’accéder au siège des Transformateurs étaient encore bouclées dans la nuit de vendredi. Les soldats qui bloquent les accès ont posés vendredi après-midi des cadenas sur le portail et plus loin, deux tentes ont été installées. Signe que les forces de l’ordre ont décidé de camper pour un moment.

Le calme est revenu dans le secteur mais l’accès aux rues menant à la clinique et l’hôtel situés aux alentours sont interdits. Des soldats ont été postés au dessus de l’hôtel de quatre étages qui surplombe le siège des Transformateurs. Les forces de l’ordre semblent décidés à user les opposants retranchés à l’intérieur du bâtiment.

Vendredi matin, des affrontements ont opposé la police et les militants des Transformateurs qui essayaient de rallier le siège. Il y a eu des courses-poursuites, des tirs de grenades lacrymogènes et quelques interpellations. Le porte-parole de la police dit ne pas disposer du nombre de personnes interpellées. En fin de matinée, l’air était irrespirable dans le secteur à cause des effets des grenades lacrymogènes.


Il y a eu des arrestations devant et autour du siège, encore plus de 40 personnes. Donc, on est autour de 140 personnes arrêtées sans qu’on ne sache d’ailleurs pourquoi. On parle d’un dialogue, manifestement, c’est un monologue.

Succès Masra (Transformateurs): «Il y a eu des arrestations devant et autour du siège»

Le parti suspend les négociations en vue de sa participation au dialogue

Plusieurs entités ont multiplié les appels à l’apaisement, dont le médiateur qatarien ou encore le président de la Commission nationale des droits de l’homme, Mahamat Nour Ibedou, qui estime que la situation « n’est pas de nature à favoriser une médiation efficace ». Ce dernier explique avoir pris « contact avec les autorités pour apaiser le climat ». Il appelle les forces de l’ordre à quitter « les alentours du siège du parti » et souhaite « que des gens aillent rassurer les membres des Transformateurs pour les convaincre de venir participer au dialogue ».

Car les événements de ce vendredi matin risquent de compliquer davantage la participation des Transformateurs au dialogue qui reprend samedi matin. Malgré tout, la médiation qatarienne, qui est revenue à Ndjamena, se dit toujours optimiste. « Nous ne désespérons pas de voir tous les Tchadiens dans la salle », a confié un diplomate africain de haut-rang qui travaille pour la facilitation qatarienne.


Depuis ce matin, nous sommes en discussions, nous sommes dans le dialogue. Nous travaillons. Mais pour l’instant, je n’ai pas connaissance d’arrestations de qui que ce soit. Il semblerait qu’hier [jeudi] quelques éléments, je ne sais à quel parti ils appartiennent, se sont déployés dans la ville en faisant des parades qui pouvaient mettre en péril la sécurité du pays.

Abderaman Koulamallah (porte-parole du gouvernement): «Pour l’instant, je n’ai pas connaissance d’arrestations»

Mais dans un message diffusé vendredi soir, le parti d’opposition annonce qu’il suspend toute négociation en vue de sa participation au dialogue national inclusif et maintient son meeting prévu pour demain samedi. C’est-à-dire au moment où le dialogue national inclusif suspendu depuis quelques jours est censé reprendre.


Ce raidissement arrive au moment où le présidium mis en place a mandaté un comité ad hoc pour entrer en pourparlers avec ceux qui refusent de prendre part au dialogue. Ca veut dire que la mission du comité ad hoc est rendue difficile par l’encerclement du siège des Transformateurs et l’arrestation de certains de ses militants.

Evariste Ngarlem Tolde, enseignant-chercheur en science politique à l’université de N’Djamena.

►À lire aussi : Au Tchad, la police arrête 84 militants du parti d’opposition Les Transformateurs

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :