Tchad : les autorités amorcent des discussions avec des groupes rebelles et politiques d’opposition

tchad : les autorités amorcent des discussions avec des groupes rebelles et politiques d’opposition 617b503217b9e.jpeg
tchad : les autorités amorcent des discussions avec des groupes rebelles et politiques d’opposition 617b503217b9e.jpeg

Publié le :

Le Tchad a engagé les négociations pour que les groupes rebelles participent au dialogue national inclusif, une large consultation voulue par le président du Conseil militaire de transition, Mahamat Idriss Déby pour préparer notamment l’élection présidentielle. Les membres du comité technique en charge des discussions avec les groupes politico-militaires ont rencontré à Paris et au Caire des représentants des groupes rebelles et politiques d’opposition. Des premiers échanges encourageants même si rien n’est encore vraiment acté pour le moment.

Avec notre correspondante à N’Djamena, Aurélie Bazzara-Kibangula

Les deux missions ont été officiellement lancées lundi 18 octobre, à l’initiative du comité technique spécial présidé par l’ancien président du Tchad Goukouni Weddeye.

Un à un, les principaux groupes rebelles ont été reçus par les membres du comité technique. « Deux heures de discussions cordiales », font savoir les représentants du CCMSR, l’UFDD ou encore du Fact.

Ils affirment que la délégation tchadienne est venue leur demander de participer au dialogue. Mais qu’aucune décision précipitée ne sera prise, disent-ils.

« Il ne s’agit pas de donner carte blanche aux autorités », explique Gassim Cherif, le porte-parole du CCMSR qui veut s’assurer qu’il ne s’agit « pas d’un achat de conscience mais d’un réel désir de changement ».

D’ailleurs, les groupes politico-militaires ont tous insisté sur la nécessité d’organiser des consultations en amont. Une sorte de pré-dialogue entre rebelles et autorités qui aurait lieu dans un pays tiers et sous médiation internationale.

L’option serait déjà validée par les autorités, selon une source sécuritaire, qui affirme que les recherches du pays hôte de ces assises sont en cours.

Mais là aussi, avant de prendre part à ces prochaines consultations, les groupes politico-militaires posent des conditions. Ils demandent notamment une amnistie générale et la libération des prisonniers politiques.

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :