Tchad: les avocats pas satisfaits des consultations pour préparer le dialogue national

tchad: les avocats pas satisfaits des consultations pour préparer le dialogue national 618f190e2320c.jpeg
tchad: les avocats pas satisfaits des consultations pour préparer le dialogue national 618f190e2320c.jpeg

Publié le :

Une délégation du Comité d’organisation du dialogue national inclusif (Codni), conduite par Alixe Naimbaye, secrétaire d’État aux Finances, se rendra en France ce week-end pour échanger avec la diaspora. Mais déjà, des voix s’élèvent pour dénoncer des manipulations et irrégularités dans les consultations. La sonnette d’alarme est tirée par le Conseil de l’ordre des avocats du Tchad dans un communiqué diffusé jeudi 11 novembre, dans lequel il évoque « un dialogue qui risque d’être biaisé ».

Avec notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula

Pour le barreau du Tchad, il y a d’abord des tentatives de manipulations des participants aux consultations par des partis politiques, mais surtout, des différences entre les recommandations adoptées par les participants et celles inscrites dans le rapport final.

« Il a été clairement indiqué que la question sur la forme de l’État soit soumise à un référendum, parce que les membres du groupe n’ont pas pu s’entendre à la grande surprise de mes confrères qui étaient là. On dit que non, c’est plutôt la forme de l’État unitaire décentralisé. Alors nous, en tant que barreau, nous nous sommes engagés dans ces activités pour apporter notre pierre à la préparation et à la réussite de ce dialogue. Et nous voulons justement que les choses se passent de manière transparente », estime Djérandi Laguerre Dionro, président du Conseil de l’ordre des avocats.

« C’est au dialogue que tout va se passer »

Pour le vice-président du Comité d’organisation du dialogue national inclusif, Saleh Kebzabo, les conditions sont réunies pour la tenue d’un « bon dialogue » : « S’il y a une mauvaise restitution, ce n’est pas par le fait que c’est fait volontairement. Non. C’est peut-être dû au fait que la synthèse n’a pas été bien faite ou qu’on n’a pas tenu exactement compte de tout ce qui a été dit, à la virgule ou au mot près. Ceux qui aujourd’hui doutent de cela, ou pensent que c’est incomplet ou que c’est biaisé, ils ont le dialogue. C’est au dialogue que tout va se passer. »

Reste au comité à compiler les résultats des consultations menées au Tchad et à l’extérieur du pays, et à fixer notamment la date de ses assises.

Total
32
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :