Tension entre la RDC et le Rwanda: Kigali rejette les accusations de Kinshasa

tension entre la rdc et le rwanda: kigali rejette les accusations de kinshasa 629570f8e7d82.jpeg
tension entre la rdc et le rwanda: kigali rejette les accusations de kinshasa 629570f8e7d82.jpeg

Publié le : Modifié le :

                Le Rwanda a profité du sommet de l’Union africaine pour rejeter les accusations de soutien aux rebelles du M23. Des accusations portées par le gouvernement congolais ces derniers jours. À Malabo, le ministre des Affaires étrangères rwandais Vincent Biruta a parlé «<em> d’accusations sans fondement </em>» et accusé son voisin de soutenir un autre groupe rebelle, les FDLR.                </p><div readability="73.44537815126">

                <p><em>Avec notre correspondante à Kigali</em>, <strong>Laure Broulard</strong>

Vincent Biruta a dénoncé une collusion vieille de près de trente ans entre l’armée congolaise et les FDLR, un groupe rebelle composé de réfugiés hutus rwandais partis au Congo après le génocide des Tutsis. Un mouvement toujours considéré comme génocidaire par Kigali et qui représente aujourd’hui, selon Vincent Biruta, une menace pour le Rwanda.

D’après Kigali, les FARDC combattent même actuellement aux côtés des FDLR dans l’est du Congo. Sur la question du M23, c’est un problème strictement congolais a assuré le ministre tout en accusant Kinshasa de ne pas négocier de manière équitable avec tous les groupes armés dans le cadre du processus de paix de Nairobi. La branche du M23 dirigée par Sultani Makenga et Bertrand Bisimwa qui a récemment repris les armes avait été écartée des discussions en avril.

Pour Kigali, c’est un problème entre congolais

Ce week-end, Kinshasa a qualifié le groupe de terroriste et l’a officiellement exclu du processus de paix. Pour finir, Vincent Biruta a dénoncé des provocations de la part des FARDC, notamment des tirs sur le sol rwandais ces dernières semaines. « Le Rwanda aurait le droit de répondre », a conclu le ministre.

Kigali rejette en bloc tous les éléments mis en avant par Kinshasa, comme l’arrestation de deux militaires rwandais en territoire congolais. Sur cette question, Alain Mukuralinda, le porte-parole du gouvernement rwandais, préfère s’en remettre aux mécanismes de vérifications régionaux : « Attendons de voir, il y a aura des enquêtes. Mais il ne faut pas aller dire “voilà on a attrapé deux militaires donc cela veut dire que le Rwanda aide le M23”. »

Kigali rejette plutôt la responsabilité de la crise actuelle sur le gouvernement congolais : « S’il ne règle pas les problèmes qui lui sont posés par son propre peuple, on a ce genre de réaction. »


Ce n’est pas parce qu’on déclare qu’on a des preuves que ce sont réellement des preuves tangibles, matérielles incontestables. Le Rwanda ne peut pas être toujours les responsable de tous les problèmes de tout ce qui ne va pas en RDC. C’est un problème entre congolais. Le gouvernement congolais doit prendre ses responsabilités et résoudre ce problème.

Porte-parole adjoint du gouvernement rwandais

Le Rwanda se présente en tout cas comme étant ouvert au dialogue pour apaiser les tensions avec son voisin, et assure soutenir le processus de paix de Nairobi. 

            </div>
Total
24
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :