Tokyo 2021: Giana Lotfy Farouk, du bronze en karaté pour la renommée

tokyo 2021: giana lotfy farouk, du bronze en karaté pour la renommée 610de5851a24c.jpeg
tokyo 2021: giana lotfy farouk, du bronze en karaté pour la renommée 610de5851a24c.jpeg

Publié le :

Giana Lotfy Farouk a décroché la médaille de bronze dans le tournoi de karaté (61kg) des Jeux olympiques de Tokyo 2021, ce 6 août. Une distinction supplémentaire pour la meilleure karatéka africaine de l’histoire.

De notre envoyé spécial à Tokyo,

Il suffisait de voir la rage Giana Lotfy Farouk pour comprendre. Comprendre ce que représente pour l’Egyptienne une médaille olympique au Japon, berceau du karaté. Assurée d’être sur le podium après le premier tour chez les moins de 61 kg [1], elle était radieuse. « C’était mon rêve depuis 21 ans. J’ai travaillé très dur pour ce moment. J’ai déjà eu 11 médailles mondiales, mais celle-ci est complètement différente. Elle a vraiment une saveur particulière parce que c’est la première participation du karaté aux Jeux olympiques et on ne sait pas s’ il y en aura une autre, donc, on est en train d’écrire l’histoire », disait-elle, en référence au fait que son sport ne figurera pas au programme de Paris 2024.

Une médaille pour la reconnaissance

Le métal olympique, c’est vraiment ce qui manquait à cette championne de 26 ans, trois fois championne du monde et détentrice d’une vingtaine de médailles dans des compétitions internationales majeures. « Giana Farouk est assez populaire en Egypte, parce qu’elle est championne du monde, mais pas aussi populaire que Hedaya Malak Wahba qui a gagné deux médailles de bronze aux JO en taekwondo, explique Amr Nageeb Fahmy, journaliste égyptien pour beIN MENA. Comme le karaté n’était pas une discipline olympique la plupart des Egyptiens ne connaissent pas les champions de ce sport ».

La popularité de Giana Lotfy Farouk aurait pu faire un bond supplémentaire si elle avait décroché l’or, ce 6 août 2021 à Tokyo, dans la prestigieuse arène Nippon Budokan, à quelques centaines de mètres du palais impérial. Mais celle qui est pharmacienne au quotidien s’est inclinée de justesse, par décision des juges, en demi-finale, face à la Chinoise Xioyan Yin.

Auparavant, Giana Lotfy Farouk avait battu la Péruvienne Alexandra Vanessa Grande Risco, l’Ukrainienne Anita Serogina et la Marocaine Btissam Sadini avant de concéder un revers sans grande conséquence, contre Jovana Prekovic. « Je suis désolée, j’avais envie d’avoir de l’or mais j’ai fait ce que j’avais à faire », a-t-elle conclu.

► Tokyo 2021 : Calendrier des épreuves, résultats, tableau des médailles


[1] Les deux perdant(e)s en demi-finales reçoivent chacun(e) une médaille de bronze, dans les grandes compétitions de karaté.

Total
12
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :