Tunisie: ouverture du sommet de la Ticad, coeur de la relation entre Japon et Afrique

tunisie: ouverture du sommet de la ticad, coeur de la relation entre japon et afrique 630ac6f103ee5.jpeg
tunisie: ouverture du sommet de la ticad, coeur de la relation entre japon et afrique 630ac6f103ee5.jpeg

Publié le : Modifié le :

                La Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (Ticad) s'ouvre, ce samedi 27 août, à Tunis. Environ 5 000 participants sont attendus parmi lesquels trente chefs d'État et de gouvernement venus de toute l'Afrique. Le Japon dit vouloir instaurer un vrai « partenariat » avec l'Afrique, un développement de qualité mené par les Africains, en veillant - allusion à peine voilée à la Chine - à ne pas surendetter les pays hôtes.                </p><div readability="154.81316348195">

                <p>Le Premier ministre Fumio Kishida suit le sommet de la Ticad par vidéo-conférence, depuis Tokyo, écrit <em>notre correspondant à Tokyo,</em> <strong>Frédéric Charles</strong>, car il a contracté le Covid-19. Il aurait tant aimé être à Tunis pour dire que le Japon augmentera ses aides à l'Afrique de 40% pour les trois années à venir, selon le journal économique <em>Nikkei</em>.</p><h2>Développement centré sur l'humain</h2><p>Le Japon soutient un développement centré sur les êtres humains, mené par les Africains eux-mêmes, une façon de se différencier de la Chine accusée de favoriser les entreprises et ouvriers chinois, au détriment des économies locales, et de ne pas tenir compte des droits humains et de l'environnement.

Le Japon veut financer des infrastructures de qualité à un prix abordable. Tokyo met aussi en garde l’Afrique contre des niveaux excessifs d’endettement, autre allusion à la Chine qui précipite les pays dans le piège du surendettement.

Le Japon met l’accent sur les investissements du secteur privé plutôt que des financements publics au développement. Il a mis en place des dispositifs de financement et d’assurance de compagnies japonaises, soutenues par le gouvernement.

Le Japon continuera par ailleurs de former, en Afrique, des experts à la gestion des risques financiers et de la dette publique. Il fournira enfin une aide alimentaire de 130 millions de dollars et une assistance pour faire doubler la production de riz, à long terme.

Le Maroc annule sa participation

Le Maroc a annulé sa participation à cet événement et a également rappelé son ambassadeur à Tunis pour « consultation ». À l’origine de cet incident, le Maroc reproche au président tunisien Kaïs Saïed d’avoir invité un représentant du Polisario qui défend l’indépendance du Sahara occidental et qualifié « d’entité séparatiste », dans un communiqué du royaume chérifien.

Cet accueil « est un acte grave et inédit qui heurte profondément les sentiments du peuple marocain et de ses forces vives », écrit dans un communiqué le ministère marocain des Affaires étrangères. La publication, dans la soirée de vendredi, de photos d’une délégation sahraouie reçue par le président tunisien Kaïs Saïed en marge de la Ticad à Tunis, a causé la colère du Maroc.

Le pays occupe à 80% le territoire sahraoui dont le statut est la raison d’un froid avec Alger depuis près de 50 ans, précise notre correspondante en Tunisie, Lilia Blaise. Le Polisario, soutenu par Alger, réclame un référendum d’autodétermination tandis que Rabat voudrait un plan d’autonomie sous sa souveraineté.

Jusqu’à présent, le Sahara Occidental représentait un sujet à ne pas toucher pour la Tunisie qui optait pour une diplomatie de « neutralité positive ». Le pays, voulant éviter d’intervenir entre ses voisins algériens, avait choisi cette politique, depuis le temps de l’ancien président Habib Bourguiba.

Réactions au communiqué du royaume chérifien

Dès la sortie du communiqué du ministère des Affaires étrangères marocain, le vendredi 26 août, dénonçant l’invitation du leader du Polisario en Tunisie, les réactions se sont multipliées sur la toile, en Tunisie. Certains internautes voient dans cette invitation un faux-pas diplomatique de la part de Kaïs Saïed. Des politologues ont même parlé de « saccage des relations historiques entre le Maroc et la Tunisie ».  

D’autres estiment qu’il y a une cohérence dans la mesure où le président tunisien s’est beaucoup rapproché d’Alger et avait été aussi le seul pays arabe à s’abstenir de voter, lors du vote sur la prolongation de la mission de l’ONU au Sahara Occidental, pour l’organisation d’un référendum, en octobre dernier.

Côté marocain, le communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères évoque une multiplication « des positions et actes négatifs à l’égard du royaume du Maroc et de ses intérêts supérieurs », faisant sans doute référence au vote, lors de la résolution onusienne.  

Et les relations entre la Tunisie et le Maroc risquent de continuer de se tendre. En réaction à la posture marocaine, le ministère des Affaires étrangères tunisien a annoncé, lui aussi, le rappel immédiat de l’ambassadeur de Tunisie, à Rabat, pour consultations.

Dans un communiqué publié dans la nuit du 26 au 27 août, la Tunisie s’est dite « étonnée » de la position agressive du Maroc et rappelle sa position de neutralité.

« La Tunisie respecte les résolutions des Nations Unies et celle de l’Union africaine», a précisé le ministère des Affaires étrangères tunisien avant d’ajoute que «contrairement à ce qui a été dit dans la déclaration marocaine », la République Arabe Sahraouie Démocratique avait reçu une « invitation directe » du président de la Commission africaine.

Le Maroc avait accusé la Tunisie de « violation » et d’avoir « unilatéralement » procédé à l’invitation.

L’incident s’invite ainsi dans le déroulement de la TICAD. Lors de son allocution pendant la cérémonie d’ouverture, le chef de d’Etat sénégalais, Macky Sall, s’est exprimé sur le sujet. Il a dit souhaiter que ce différend historique entre le Maroc et l’Algérie autour du Sahara occidental, prenne fin et qu’une solution soit trouvée.

À lire aussi: Tension au Sahara occidental: l’ONU et les pays voisins du Maroc appellent au calme

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :