Un condamné à mort « meurt de joie » après avoir découvert qu’il ne sera pas exécuté

un condamné à mort « meurt de joie » après avoir découvert qu’il ne sera pas exécuté 6216e2f9a3227.jpeg
un condamné à mort « meurt de joie » après avoir découvert qu’il ne sera pas exécuté 6216e2f9a3227.jpeg

Un Iranien serait mort de joie après avoir appris que sa peine de mort était commuée.

Publicité

L’homme de 55 ans originaire du sud de l’Iran, nommé Akbar dans les rapports locaux, a été condamné à mort il y a 18 ans après avoir été reconnu coupable de meurtre. Il a récemment été pardonné par la famille de sa victime, ce qui signifie qu’il ne risquerait plus la peine de mort.

Des responsables du conseil de règlement des différends de l’État auraient aidé à persuader la famille de prendre la décision. Mais après avoir appris que la famille de la victime lui avait pardonné et qu’il ne risquait plus d’être exécuté, Akbar a subi une crise cardiaque après avoir été « fou de joie » et est décédé, selon un article du journal officiel Hamshahri.

LIRE AUSSI; Etats-Unis: l’assassin de Robert Kennedy pourrait être libéré bientôt après 53 ans de prison

Il n’est pas rare en Iran que les peines de mort soient commuées après le paiement de Diyyeh – un règlement privé entre les familles de la victime et de l’agresseur. Des sources juridiques iraniennes évaluent un paiement Diyyeh typique à 4 800 000 000 Rials, soit environ 83 000 £. Dans de nombreux cas, les juges essaient de persuader la famille de pardonner au meurtrier, allant même parfois jusqu’à faire pression sur elle pour qu’elle le fasse. Souvent, l’exécution d’un meurtre est retardée de plusieurs années après que le meurtre a été commis afin de persuader la famille d’exercer le pardon et de laisser le temps au meurtrier de payer le Diyyeh.

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :