Un sommet extraordinaire de l’Afrique de l’Ouest pour résoudre la crise au Mali

Les présidents du Niger, du Ghana, de la Côte d’Ivoire, du Nigeria et du Sénégal à Bamako, le 23 juillet 2020.

Cinq chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest réunis jeudi 23 juillet à Bamako ne sont pas parvenus à faire accepter à l’opposition malienne leur plan pour sortir le pays de la crise, mais ils restent « optimistes » et se retrouveront lundi en sommet extraordinaire de la Cédéao par visioconférence. « Rien n’a bougé pour le moment », a déclaré, le visage fermé, l’imam Mahmoud Dicko, figure centrale de la contestation qui secoue le Mali depuis juin.

« Si vraiment c’est à cause de cela qu’ils se sont réunis, je pense que rien n’a été fait », a-t-il ajouté, après avoir rencontré dans un hôtel de la capitale malienne les présidents Muhammadu Buhari du Nigeria, Mahamadou Issoufou du Niger, Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, Nana Akufo-Addo du Ghana et Macky Sall du Sénégal, venus appuyer les efforts de médiation de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

Lire aussi Qui sont les principaux leaders de la contestation au Mali ?

« Nous sommes un peuple debout, nous ne sommes pas un peuple soumis ou résigné. Je préfère mourir en martyr que de mourir en traître. Les jeunes gens qui ont perdu leur vie ne l’ont pas perdue pour rien », a ajouté le chef religieux de 66 ans, l’une des voix les plus influentes du Mali et bête noire du président Ibrahim Boubacar Keïta, dit « IBK ».

Dans une lettre ouverte adressée aux cinq présidents et diffusée jeudi soir, le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), coalition hétéroclite qui mène la contestation, accuse le président Keïta de faillir à sa mission, sans explicitement réclamer, cette fois, sa démission. « Il a abandonné cette mission à des personnes qui n’en ont ni la légitimité, ni les compétences requises », affirme le mouvement, où des tensions sont apparues entre « faucons » et « colombes ».

« Ligne rouge »

Le président en exercice de la Cédéao, le chef de l’Etat nigérien Mahamadou Issoufou, s’est néanmoins dit « optimiste » à l’issue d’une longue journée de pourparlers, marquée par un très long déjeuner de la délégation avec le président Keïta dans son palais de Koulouba. « Je fonde l’espoir qu’une solution sera trouvée », a-t-il déclaré, en annonçant la tenue d’un sommet lundi prochain, 27 juillet, des 15 chefs d’Etat de l’organisation régionale. « A l’issue de ce sommet, je pense que la Cédéao prendra des mesures fortes pour accompagner le Mali », a-t-il ajouté, en soulignant que « faire partir le président IBK alors qu’il a été démocratiquement élu » demeure une « ligne rouge » pour la Cédéao.

Il reste « un groupe encore qui n’a pas donné son adhésion », a reconnu le chef de la diplomatie du Niger, Kalla Ankourao, qui préside le conseil des ministres de la Cédéao. « C’était important qu’une étape supérieure soit franchie, a-t-il toutefois déclaré à propos de la réunion de Bamako. Nous pensons que d’ici lundi le travail sera totalement achevé. »

Lire aussi Mali : comment l’imam Mahmoud Dicko est devenu la figure de proue de l’opposition

Au pouvoir depuis 2013, le président Keïta est massivement contesté dans la rue depuis juin. Au climat d’exaspération, nourri depuis des années par l’instabilité sécuritaire dans le centre et le nord du pays, le marasme économique ou un important niveau de corruption est venue s’ajouter l’invalidation par la Cour constitutionnelle d’une trentaine de résultats des élections législatives de mars-avril.

Le 10 juillet, la troisième grande manifestation contre le pouvoir à l’appel du M5-RFP a dégénéré en trois jours de troubles meurtriers à Bamako, les pires dans la capitale depuis 2012, qui ont fait au moins 11 morts selon le premier ministre, Boubou Cissé. Une division de la mission de l’ONU dans le pays (Minusma) parle de 14 manifestants tués tandis que le M5 évoque 23 morts.

« Syndicat de chefs d’Etat »

La crise politique actuelle au Mali, dont une large partie du territoire, en proie à des violences djihadistes et communautaires quasi quotidiennes, échappe à l’autorité de l’Etat, inquiète ses alliés et voisins, qui craignent que le pays sombre dans le chaos. Un soldat français a été tué jeudi matin au Mali « lors de combats contre les groupes armés terroristes », a annoncé l’Elysée.

Le plan de la Cédéao, soutenu par la communauté internationale, prévoit la nomination rapide d’une nouvelle Cour constitutionnelle pour régler le litige des législatives, ainsi que la mise sur pied d’un gouvernement d’union nationale.

Lire aussi Au Mali, l’avenir incertain du président Ibrahim Boubacar Keïta

Qu’est-ce qui est en train de se négocier ? « La démission du premier ministre Boubou Cissé », juge Brema Ely Dicko, sociologue à l’Université de Bamako. « Une répartition de postes sur la base de pourcentages par catégorie d’acteurs ne suffira pas pour répondre aux aspirations profondes des populations », estime de son côté l’Institut d’études de sécurité (ISS), pour qui la Cédéao doit « prouver qu’elle n’est pas unsyndicat de chefs d’Etatqui se soutiennent et se protègent mutuellement ».

Le Monde avec AFP

Total
1
Shares

Laisser un commentaire

Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :