Usagers de drogues en Côte d’Ivoire: les fumoirs [1/4]

usagers de drogues en côte d’ivoire: les fumoirs [1/4] 632919b4d8927.jpeg
usagers de drogues en côte d’ivoire: les fumoirs [1/4] 632919b4d8927.jpeg

Publié le :

                Selon l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime, 12% des Ivoiriens âgés de 15 à 64 ans étaient consommateurs de drogues en 2016. Les fumoirs, ces lieux typiquement ivoiriens où se retrouvent toutes sortes de consommateurs et qui se comptent par milliers à travers le pays.                </p><div readability="97.483726866624">

                <p><em>De notre correspondant à Abidjan, </em>

Un quartier populaire de la commune de Cocody. Des rues sans goudron, des baraquements précaires d’habitations et de commerces qui s’enchevêtrent. Des enfants qui jouent sous l’œil bienveillant de leur maman. Au milieu de cet environnement familial, juste derrière une bâche qui termine un mur, se concentre une vingtaine de personnes, l’œil hagard, modestement vêtus, qui s’échangent des joints, des pipes et des comprimés.

Cet usager consomme de la drogue depuis une quinzaine d’années. Il montre son pied recouvert d’un bandage suite à une blessure infectée : « Ça a commencé par des boutons, et ça a commencé à s’enfler, comme si c’était du feu qui m’avait brûlé. Par la grâce de Dieu, j’arrive à remarcher. Pendant un an et demi, je n’ai pas réussi à marcher. »

« Lui, quand je l’ai connu, son pied était vraiment dans un état pas appréciable, témoigne Samuel N’Guessan, éducateur pair à l’ONG Médecins du monde. Donc, j’ai contacté les responsables pour dire qu’on avait un usager malade. Et c’est de là que nos rapports ont commencé à s’amplifier. Jusqu’à ce qu’aujourd’hui, il puisse avoir qu’une seule béquille. Quand je le vois, je suis content, c’est encourageant. »

À écouter aussi : Addictions au cannabis et au Tramadol

Samuel connait parfaitement le milieu des fumoirs. Pour Médecins du monde, de jour comme de nuit, il se rend sur les lieux de consommation à travers Abidjan. Pour un suivi médical, social ou psychologique. Aussi pour faire de la sensibilisation autour des risques liés à la drogue, généralement du cannabis, de la cocaïne et du tramadol : « Le taux de prévalence chez les personnes usagers de drogues en tuberculose est neuf fois plus grande que dans la population générale. Et on trouve aussi beaucoup de personnes séropositives. Donc, ces personnes-là sont vulnérables. Et en plus de ça aussi, ce sont des personnes qui sont rejetées de la société. Pourquoi elles se réunissent là ? Parce que c’est une communauté, c’est une famille. »

Le nombre de fumoirs a explosé en Côte d’Ivoire, après la guerre civile de 2011. Une importante population de jeunes utilisés durant la crise s’est retrouvée sans perspective et s’est lancée dans cette activité illicite, selon Kouamé Félix Grodji, socio-anthropologue à l’université de Bouaké : « Le fumoir n’est pas que le rassemblement des marginaux. Parce qu’il y a même des enseignants d’université, il y a même des policiers, il y a des membres du gouvernement. C’est pour cela que ces enfants-là ont saisi ces opportunités, juste après la guerre, qu’ils considèrent comme un lieu non seulement de survie, mais comme de tremplin socio-économique. »

Médecins du monde estime à plus de 10 000 les usagers de drogue précaires, la plupart âgée de 35 à 40 ans.

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :