Variant Omicron: de nombreux touristes tentent de fuir l’Afrique du Sud

variant omicron: de nombreux touristes tentent de fuir l’afrique du sud 61a2de59dc6c3.jpeg
variant omicron: de nombreux touristes tentent de fuir l’afrique du sud 61a2de59dc6c3.jpeg

Publié le :

                L'Afrique du Sud est de plus en plus isolée du monde. La découverte du variant Omicron par les scientifiques sud-africains suscite un vent de panique à l'étranger où les pays ferment leurs frontières avec l'Afrique du Sud. C’est déjà le cas des pays de l'Union européenne, de la Russie, des États-Unis, du Brésil ou encore du Maroc. Les vols des compagnies aériennes sont annulés à la dernière minute et de nombreux passagers se trouvent bloqués en Afrique du Sud.                </p><div readability="63.272557269752">

                <p><em>Avec notre correspondant à Johannesburg,</em> <strong>Romain Chanson</strong>

À l’aéroport international O.R Tambo de Johannesburg, une petite croix rouge et cette inscription : annulé.

Lynette cherche désespérément un vol sur le tableau des départs pour l’Australie, après des vacances en famille en Afrique du Sud : « Je suis venue pour voir mes parents, je ne les avais pas vus depuis trois ans. Ils ouvrent les frontières, j’en profite pour venir dire bonjour et maintenant je ne peux plus rentrer chez moi. C’est terrible….»

Une longue file d’attente se forme devant le comptoir d’enregistrement d’Ethiopian Airlines. C’est via Addis-Abeba que Maria et sa mère vont rejoindre la Norvège. Leur agence de voyage leur a trouvé ce vol à la dernière minute: « On devait repartir avec British Airways mais notre vol a été annulé quand on était au milieu de la brousse sans connexion internet… C’était super…»

► À lire aussi: Covid-19: l’Afrique du Sud se sent punie après ses révélations sur le variant Omicron

Dans la file, on trouve aussi un golfeur suédois présent pour l’Open de Johannesburg. La compétition a tourné au fiasco après l’abandon d’une quinzaine de joueurs préférant rejoindre leur pays avant la fermeture des frontières.

David, qui porte le matériel du golfeur, est pressé de rentrer chez lui : « Cela fait un peur d’être ici alors qu’ils viennent de découvrir un nouveau variant. Donc j’essaie de partir le plus vite possible. » 

Les dernières places se sont arrachées à prix d’or. Deux amis allemands ont déboursé 1 900 euros chacun pour rejoindre Munich via l’Éthiopie.


La diversification de l’économie sud-africaine lui permet d’affronter sans doute dans de meilleures conditions des crises de cette nature.

Benoît Chervalier, enseignant à Sciences Pô Paris et à l’Essec sur le financement des économies et des entreprises en Afrique

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :