Violences en marge du passage d’un convoi de Barkhane au Niger: les victimes bientôt indemnisées

violences en marge du passage d’un convoi de barkhane au niger: les victimes bientôt indemnisées 62859efcb5586.jpeg
violences en marge du passage d’un convoi de barkhane au niger: les victimes bientôt indemnisées 62859efcb5586.jpeg

Publié le :

                En novembre 2021, le passage d’un convoi de Barkhane au Niger avait conduit à des violences et à la mort de trois jeunes. L’enquête ouverte suite à ces décès n’a pas permis de dégager des responsabilités claires, mais la France et le Niger ont annoncé qu’ils allaient indemniser les victimes.                </p><div readability="67.551604509974">

                <p><em>Avec notre correspondant à Niamey</em>,<strong> Moussa Kaka</strong>

Le 27 novembre 2021, un convoi de la force française Barkhane, à destination de Gao au Mali, a été pris à partie par des jeunes manifestants en traversant la ville nigérienne de Tera. Cette tentative de bloquer le passage de ce convoi s’est soldée par la mort de trois jeunes, alors que 17 autres personnes ont été blessées, dont des gendarmes nigériens et des soldats français.

Une enquête a été ouverte par la gendarmerie nigérienne et l’armée française sous la pression des organisations de la société civile et de l’opposition. Aujourd’hui, les résultats de l’enquête n’ont pas permis de bien cerner ce qui s’est réellement passé. Le Niger et la France ont décidé par conséquent de dédommager les familles des victimes ainsi que les blessés.

Le communiqué rendu public par le ministre de l’Intérieur par intérim précise que « l’exploitation des résultats de l’enquête de la gendarmerie du Niger et de l’armée française n’ayant pas permis de cerner le développement exact des événements qui ont provoqué la mort de trois civils et les blessures des manifestants, le Niger et la France ont décidé d’assurer ensemble de dédommagement des familles des victimes, ainsi que des blessés. » « Les deux parties, poursuit le communiqué, ont convenu d’un dédommagement à parts égales. »

Des contacts ont été pris avec les autorités traditionnelles religieuses de Tera, ainsi qu’avec les représentants des victimes. Les montants des dédommagements ont été convenus pour chacune des victimes, mais sans en préciser le montant. Pour ce règlement à l’amiable selon les traditions religieuses nigériennes, les montants dus aux bénéficiaires ont été virés dans des comptes bancaires communiqués par les représentants des familles concernées.

Tout en saluant la mémoire des personnes décédées, le Niger et la France se félicitent de leur collaboration dans ce dossier particulièrement sensible et se réjouissent de la solution trouvée.

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :