Zimbabwe: une mère tue son bébé pour cacher les preuves de son adultère

zimbabwe: une mère tue son bébé pour cacher les preuves de son adultère 61fc8531a366e.jpeg
zimbabwe: une mère tue son bébé pour cacher les preuves de son adultère 61fc8531a366e.jpeg

Une femme qui aurait étranglé son bébé à mort pour cacher des preuves de son adultère a été placée en détention provisoire.

Publicité

The Chronicle rapporte que Trasia Mathe, du Zimbabwe, avait trompé son mari, qui est basé en Afrique du Sud, et est tombée enceinte. Réalisant que son mari était sur le point de retourner et découvrir un enfant dont il n’est pas le père, elle aurait comploté pour tuer le bébé à la naissance.

LIRE AUSSI: Zimbabwe: Une femme adultère et son amant enfermés toute la nuit par les voisins

Elle a accouché en décembre en donnant naissance à une petite fille. Cependant, Mathe aurait étranglé le nouveau-né à mort et l’aurait enterrée dans une tombe peu profonde dans son jardin. Lorsque son mari est revenu d’Afrique du Sud quelques jours plus tard, il a remarqué les seins gonflés de Mathe et a découvert plus tard la vérité. Il n’a cependant pas signalé la conduite de sa femme à la police jusqu’à ce qu’une personne anonyme ait donné l’information aux forces de l’ordre. Mathe a été arrêtée et présentée au magistrat résident de Tsholotsho, Victor Mpofu, qui l’a placée en détention provisoire, selon des informations.

Fait intéressant, en vertu de la loi zimbabwéenne, si une femme cause la mort de son enfant dans les 6 mois suivant l’accouchement, elle est accusée d’infanticide au lieu de meurtre, même si l’acte était intentionnel. La croyance est que la femme n’est pas équilibrée mentalement en raison de l’accouchement, il serait donc injuste de l’accuser de meurtre. La peine maximale pour infanticide en vertu de la loi sur le droit pénal (codification et réforme) est de 5 ans de prison, bien que certaines personnes obtiennent des travaux d’intérêt général.

Total
32
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :